Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Le décret de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim publié au Journal officiel

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Elsass, France Bleu
Fessenheim, France

Le décret de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim est publié ce dimanche matin au Journal officiel. Le décret reprend les conditions fixées par EDF, l'exploitant.

Le centrale nucléaire de Fessenheim mise en service en 1978
Le centrale nucléaire de Fessenheim mise en service en 1978 © Maxppp -

Ségolène Royal, la ministre de l'environnement l'avait promis il y a quelques jours. Le décret qui acte la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim est paru ce dimanche matin au Journal officiel. Il abroge l'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim par EDF.

Le décret d'abrogation de l'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim publié ce dimanche 9 avril.
Le décret d'abrogation de l'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim publié ce dimanche 9 avril. -

Au plus tard en avril 2020

Une fermeture qui est conditionnée à la date de mise en service de l'EPR de Flamanville "dès lors que cette abrogation est nécessaire au respect du plafonnement de la capacité nucléaire et que la mise en exploitation de l'EPR intervient avant le 11 avril 2020".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un passage en force de la ministre

Ces conditions reprennent celles fixées par EDF, jeudi dernier. Le conseil d'administration d'EDF, dans un contexte très tendu, avait adopté une motion pour repousser la fermeture de la plus vieille centrale de France. Elle donne mandat au patron du groupe, Jean-Bernard Lévy pour demander la fermeture de Fessenheim "le moment venu". Les syndicats et les 250 salariés alsaciens qui avaient fait le déplacement à Paris s'en étaient même réjouis.

Le maire de Fessenheim, Claude Brender, n'est pas surpris de la décision prise par Ségolène Royal : "C'est beaucoup d'affichage, elle trépignait d'impatience pour prendre ce décret. On sera tout aussi impatient à le défaire. On va porter un recourt au conseil d'Etat, les instructions ont été données à notre avocat. Ce recourt sera porté par la commune, l'intercommunalité et le département on attend juste la réponse de la région pour savoir si elle s'associe à cette démarche." Le Président du Conseil départemental du Haut Rhin, Eric Straumann a justement réagit ce matin. Pour lui le décret "ne repose sur aucun fondement juridique et ne tient pas compte de toutes les décisions prises par le conseil d'admnistration d'EDF". Le Conseil départemental du Haut-Rhin qui se joindra aux côtés de la commune de Fessenheim pour engager tous les recours possibles.

"On va porter un recourt au conseil d'Etat, les instructions ont été données à notre avocat. Ce recourt sera porté par la commune, l'intercommunalité et le département on attend juste la réponse de la région pour savoir si elle s'associe à cette démarche." Claude Brender, le maire de Fessenheim.

La ministre de l'environnement passe en force, tout en ménageant EDF. Le timing de ce décret est très important pour le gouvernement. Il lui permet de tenir une promesse faite par François Hollande avant son élection, celle de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim avant la fin de son quinquennat.

Le gouvernement se met à plat ventre devant EDF" - André Hatz, porte-parole l'association Stop Fessenheim

Pour les anti-nucléaires, ce décret est une "trahison de la promesse de François Hollande", puisqu'elle conditionne la fermeture de Fessenheim à l'ouverture de l'EPR de Flamanville. André Hatz, porte-parole de l'association Stop Fessenheim regrette que les arguments de l'âge de la centrale ou du risque de sismicité ne soient pas pris en compte.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess