Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le déficit français est revenu dans les clous européens en 2017, une première depuis dix ans

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Pour la première fois depuis 2007, le déficit public de la France est passé sous la barre des 3%, c'est-à-dire que le déficit est revenu dans la limite prévue par l'Union européenne. Mais la dette publique continue de s'accumuler, et a atteint 97% du PIB fin 2017.

Le ministère de l'Economie et des Finances, à Paris.
Le ministère de l'Economie et des Finances, à Paris. © AFP - Manuel Cohen

La France est revenue l'an dernier pour la première fois depuis 2007 dans les clous budgétaires européens, en ramenant son déficit public à 2,6% du produit intérieur brut (PIB), à la faveur d'une croissance plus forte qu'anticipé.

Une bonne nouvelle pour le gouvernement 

Finies les entorses à la fameuse règle des "3%" accumulées depuis la crise financière : selon l'Insee, le déficit cumulé de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale a reculé en 2017 de 0,8 point par rapport à 2016, passant de 3,4% à 2,6% du PIB. Ce résultat, à défaut d'être une véritable surprise, est une bonne nouvelle pour le gouvernement. Ce dernier, qui tablait officiellement sur 2,9% de déficit, avait fait du passage sous la barre fatidique des 3% la clé de voûte de sa politique budgétaire.

La France était l'un des deux derniers pays de l'union à dépasser les 3% de déficit public 

"Nous avons tenu nos engagements", a insisté sur France Info le ministre des Finances Bruno Le Maire. "Pour la première fois depuis dix ans, nous sommes dans la bonne direction. Ça nous permet de retrouver notre crédibilité en Europe", a-t-il ajouté. La France était jusqu'à l'an dernier le dernier pays européen avec l'Espagne à être encore sous le coup d'une procédure pour déficit excessif. Bruxelles, qui a déjà accordé à la France deux délais pour revenir dans les clous (2013 et 2015), avait exclu toute nouvelle rallonge.

Une baisse due au retour de la croissance 

Selon l'Insee, la baisse du déficit public tricolore s'explique principalement par le retour de la croissance, qui a atteint 2% l'an dernier, entraînant une hausse mécanique des rentrées fiscales, notamment de la TVA (+7,6 milliards d'euros). Le taux de prélèvements obligatoires, qui regroupe l'ensemble des impôts et taxes perçus par l'administration, a ainsi augmenté de 0,8 point en un an pour atteindre 45,4% du PIB, selon l'organisme public.

Les dépenses publiques, dont la hausse avait été cantonnée à 1% en 2016, ont pour leur part repris leur progression. Elles ont augmenté de 2,5% en un an, en raison notamment d'une reprise de l'investissement des collectivités locales (+2,9 milliards), après trois années de baisse.

La dette publique augmente toujours 

D'après l'Insee, l'amélioration généralisée des comptes de l'Etat, de la Sécurité sociale et des collectivités n'a toutefois pas permis de faire refluer la dette publique, qui continue à s'accumuler tant que les comptes publics dans le rouge. Cette dernière a atteint fin 2017 97% du PIB contre 96,6% fin 2016, se rapprochant du cap redouté des 100% du PIB. En valeur absolue, la dette publique est aujourd'hui de 2.218 milliards d'euros, contre 2.152 milliards voilà un an. "Il reste un chemin important à faire" pour rétablir l'équilibre des comptes publics, a reconnu Bruno Le Maire.

  - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu
Choix de la station

France Bleu