Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le denier du culte en baisse record en France, l'Eglise lance un appel aux dons

jeudi 27 décembre 2018 à 8:10 Par Kathleen Comte, France Bleu

Le denier du culte - principale ressource des diocèses - est en baisse de 5,5% cette année, une première historique pour l'Eglise qui lance un vaste appel aux dons. Plusieurs raisons expliquent ce recul parmi lesquelles l'ISF, l'impôt à la source ou encore les scandales d'abus sexuels.

Selon la Conférence des évêques de France, en 10 ans, les donateurs ont reculé de 25% dans l'Hexagone.
Selon la Conférence des évêques de France, en 10 ans, les donateurs ont reculé de 25% dans l'Hexagone. © Maxppp - Jean-François FREY

Paris, France

En cette fin d'année 2018, l'Eglise fait les comptes et remarque que les fidèles ne donnent plus. Selon les derniers chiffres, le denier du culte - principale ressource des diocèses - est en baisse de 5,5% dans le pays. Du jamais-vu. L'Eglise de France lance donc un vaste appel aux dons baptisé "Merci" Mais avant de s'intéresser aux raisons qui expliquent cette baisse, il faut d'abord comprendre comment se finance l'Eglise. 

Et c'est assez simple. Sur 100 euros reçus par le diocèse, 40 euros proviennent du denier du culte ; 23 euros des quêtes versées lors des messes ; 16 euros des legs ; donations ou assurances vie ; 13 euros des familles pour les enterrements ou les sacrements comme les baptêmes ou les mariages ; et 8 euros des offrandes de messes.

Parmi les raisons du recul il y a l'ISF, l'impôt à la source ou encore les scandales d'abus sexuels

Mais depuis plusieurs années tous ces dons ne suffisent plus à pallier le recul de générosité. D'abord, il y a moins de fidèles et donc moins de donateurs : -25% en 10 ans selon la Conférence des évêques de France. Et même si ceux qui donnent encore donnent plus qu'avant ça ne suffit pas (en 2007, les donateurs donnaient en moyenne 145 euros, ils donnent aujourd'hui 232 euros soit une augmentation de 60% en 10 ans). 

Ensuite les raisons sont fiscales, avec la réforme de l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune). Rebaptisé impôt sur la fortune immobilière (IFI), il concerne désormais deux fois moins de contribuables et comme le bilan des dons intègre ceux faits au titre de cet impôt, forcément ça baisse aussi. Autre explication, le passage au 1er janvier 2019 au prélèvement à la source qui inquiète les donateurs. Ces derniers ne savent pas encore ce que cette réforme va entraîner sur leur budget mensuel, alors ils préfèrent attendre.

Enfin, toujours selon la Conférence des évêques de France, les différents scandales des affaires d'abus sexuels au sein de l'Eglise ont probablement aussi eu un impact.

A quoi sert le denier du culte ? 

Créé en 1905, date de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, le denier du culte a été institué pour permettre le traitement des prêtres qui était jusqu'alors pris en charge par l'Etat. Il représente 40% des ressources de l'Eglise. Cette contribution des donateurs est à la fois conforme au droit canonique et au droit civil car il est écrit que "les fidèles sont tenus par l'obligation de subvenir au besoin de l'Eglise."