Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Ferropem

Le député européen écologiste Yannick Jadot vient dans les Alpes soutenir les Ferropem à l'occasion du 1er-mai

-
Par , France Bleu Isère

Yannick Jadot, député européen et candidat à la primaire EELV pour la présidentielle, vient à Chambéry le premier mai soutenir les salariés de Ferropem. Cette entreprise qui produit du silicium va supprimer des emplois sur ses sites isérois de Livet-Gavet et savoyard de Chateau-Feuillet.

Yannick Jadot attendu sur le site de Ferropem à Chambéry pour le 1er mai
Yannick Jadot attendu sur le site de Ferropem à Chambéry pour le 1er mai © Maxppp - Olivier Lejeune

Yannick Jadot, député européen et candidat à la primaire EELV pour la présidentielle de de 2022 vient presque sur les terres de son rival Éric Piolle pour cette primaire écologiste à l'occasion du premier mai. Il veut soutenir les salariés licenciés de Ferropem, un producteur de silicium chimique sur les sites des Clavaux à Livet-Gavet en Isère (129 emplois supprimés) et de Chateau-Feuillet en Savoie (221 emplois supprimés). Yannick Jadot est l'invité de France Bleu Isère à la veille de sa venue à Chambéry. 

Nicolas Crozel - Bonjour Yannick Jadot, et d'abord une réaction à l'actualité immédiate, ce calendrier de déconfinement en quatre temps détaillé par Emmanuel Macron. Est-ce que vous jugez que c'est la bonne stratégie ?

Yannick Jadot - On a envie que ça marche. On a envie de pouvoir ressortir. On est envie de pouvoir aller dans les musées, de se mettre sur les terrasses, de pouvoir circuler davantage. Et on voit bien qu'il va falloir être extrêmement sérieux, parce qu'il y a toujours près de 2.000 morts par semaine de la Covid.  2.000 morts par semaine ! Il va falloir à la fois savoir profiter de ce relâchement pour vivre un peu, et puis en même temps être toujours extrêmement sérieux sur les gestes barrière, pour ne pas que la Covid ne reparte avec ses variants. 

Samedi, vous êtes dans les Alpes pour parler de l'avenir de l'usine Ferropem, et notamment de deux sites, l'un près de Chambéry et l'autre à Livet-Gavet en Isère. Une usine de silicium qui va fermer, en tout cas pour la vallée de la Romanche. Demain c'est le 1er mai, c'est la fête symbolique des travailleurs. Pourquoi vous venez soutenir ce combat-là en particulier ?

Parce qu'on a absolument besoin de ces usines. Parce qu'on voit bien que l'avenir c'est le photovoltaïque, ce sont les batteries électriques, les active performances,  les microprocesseurs. Donc on a besoin de silicium pour ces secteurs d'activité.  On a besoin de beaucoup plus d'indépendance par rapport à la Chine qui commence à concentrer toutes ces activités industrielles. Il y a eu un rapport, il y a quelques jours, qui montre que la France est terriblement en retard sur le photovoltaïque, ça met en difficulté Photowatt à Bourgoin. Et donc on a besoin aujourd'hui d'une grande ambition à l'échelle nationale, à l'échelle régionale, autour d'une incroyable filière créatrice d'emplois et d'entreprises, d'usines, et donc de vie et d'aménagement du territoire autour de toutes ces activités-là. Et c'est ce que demandent les écologistes. 

Il y aura, à Chambéry, Fabienne Grébert, la tête de liste écologiste aux élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes. Est-ce qu'une région dirigée par les Verts, ça peut changer les choses pour ce type de dossier, vraiment ?

Absolument.  Vous voyez bien les compétences de régions en matière de tissu économique, de formation, d'accompagnement des salariés, d'installation d'entreprises et ce sont les écologistes aujourd'hui qui portent cette économie dont on a tellement besoin. Cela se traduit par de la recherche, on connaît l'INES à côté de Grenoble, l'Institut national de recherche sur les énergie solaires. On a besoin d'entreprises autour des matières premières comme le silicium. On a besoin d'entreprises qui fabriquent les panneaux, de cette économie circulaire, de l'éolien, de l'agriculture durable, c'est ça l'écologie. 

Mais vous ne venez pas à Grenoble. Vous ne voulez pas croiser Éric Piolle, votre rival dans la course à la présidentielle Europe Ecologie Les Verts ? 

Il n'y a aucun problème avec Éric ! Nous sommes deux écologistes au milieu de beaucoup d'écologistes ...

Mais deux écologistes qui ont des ambitions ?

Et alors ? Moi j'ai des ambitions pour la France. Nous avons toutes et tous des ambitions pour notre pays. On a envie d'être fiers de notre pays. On a envie de créer des emplois. On a envie de protéger les services publics. Cela fait un an qu'on se restreint pour protéger notre bien le plus précieux qu'est la santé. Et vous voyez ce gouvernement qui, dès la pandémie terminée, veut de nouveau réduire les dépenses sur la santé. Pour nous les écologistes, la santé, ce n'est pas une charge,  c'est toujours un bien précieux.

Donc pas de compétition avec Éric Piolle ?

On a besoin de toutes les écologistes et de tous les écologistes. Et demain je serai avec Fabienne Grébert qui peut être une grande présidente de région, pour une région encore plus dynamique du point de vue industriel et de l'emploi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess