Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le dernier fabriquant de pains de glace et glaçons de Limoges fait de la résistance !

mardi 7 août 2018 à 6:05 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

La Glacière de Limoges est le tout dernier fabriquant de pains de glace et de glaçons à Limoges. Une activité dont l'âge d'or a pris fin à l’apparition des frigidaires et qui survit dans la cité de la porcelaine grâce à la volonté d'une femme dont la famille a toujours travaillé dans ce secteur.

Il faut 24 heures et une eau à -4 degrés pour fabriquer ces pains de glace
Il faut 24 heures et une eau à -4 degrés pour fabriquer ces pains de glace © Radio France - Jérôme Ostermann

Limoges, France

Véronique Giroux a toujours baigné dans la glace ! Son grand-père livrait des pains de glace avec sa charrette notamment pour les chambres froides des bouchers dans la première partie du 20e siècle. A l’apparition des réfrigérateurs, les ventes ont progressivement baissé au point que toutes les usines de Limoges ont fermé. C'est alors que son père décide de racheter une machine destinée à la poubelle. Une véritable antiquité. Elle date des années 1920 et permet de fabriquer d'énormes pains de glace. En plus de livrer, il devient fabriquant. 

Véronique fait les présentations avec sa machine à pains de glace qui date des années 1920 - Radio France
Véronique fait les présentations avec sa machine à pains de glace qui date des années 1920 © Radio France - Jérôme Ostermann

Aujourd'hui, sa fille a pris le relais. Elle est la dernière a offrir ce service sur la place de Limoges. Même si cette activité n'est plus du tout rentable. C'est un complément de salaire en plus de son activité principale. C'est aussi et surtout une manière de prolonger l'aventure familiale. De toute façon, Véronique Giroux ne se voit pas vivre sans glace : "J'ai toujours grandi dans la glace. Pour moi, c'était une évidence de reprendre l'activité. Ne pas avoir de glace autour de soi, ça doit faire bizarre !"

Une clientèle composée surtout de particuliers

Si les clients sont beaucoup moins nombreux qu'il y a quelques années, il y a encore des débouchés selon Véronique :"Ce sont surtout des particuliers. Par exemple, cet été, il y a eu beaucoup de fêtes de famille. Des gens expatriés qui se retrouvent l'été en Limousin. Il y a les mariages, les baptêmes. Les professionnels aussi nous connaissent mais les restaurants ou les supermarchés ont besoin de nous uniquement quand leurs frigos tombent en panne, ou quand ils veulent les ménager à cause de la chaleur."

Certains font quand même appel à ses services par choix, comme le patron du restaurant le Milord à Oradour-sur-Glane, ou encore Nicolas Marchand, caviste indépendant, qui tient la boutique Vinoble place de la Motte à Limoges :"J'ai des besoins importants mais ponctuels pour des événements extérieurs. Donc je préfère commander chez elle plutôt qu'acheter une machine à glaçons. En plus, la qualité est meilleure. Ce sont des glaçons plus denses, qui tiennent beaucoup plus longtemps dans les verres."

La voiture a remplacé la charrette pour livrer la glace...  - Radio France
La voiture a remplacé la charrette pour livrer la glace... © Radio France - Jérôme Ostermann

Une qualité qui a un prix. 8 euros le pain de glace, 4 euros les 250 glaçons. Et 8 euros pour 15 litres de paillette de glace.  Avec ça, aucune chance de surchauffe à l’apéritif ! Mais cela ne va pas forcément durer très longtemps. Si l'antique machine à pain de glace de Véronique tombe en panne et qu'il est trop compliqué de la réparer, ce sera très certainement la fin pour la Glacière de Limoges et pour un vieux métier qui jusqu’à présent, fait de la résistance à Limoges.