Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo : 13 départements en vigilance rouge canicule, 47 en vigilance orange aux orages

Le directeur général de Stelia veut éviter les "licenciements secs" pour l'usine de Méaulte

-
Par , France Bleu Picardie

Le plan social est incontournable pour surmonter la crise traversée par la filière aéronautique assure le PDG de Stelia. Cédric Gautier promet de tout faire pour éviter les licenciements secs dans l'entreprise de Méaulte, près d'Albert à l'Est de la Somme.

Cédric Gautier, le directeur général de Stelia (à gauche) avec son homologue d'Airbus et Xavier Bertrand lors d'une visite de l'usine de Méaulte en 2017
Cédric Gautier, le directeur général de Stelia (à gauche) avec son homologue d'Airbus et Xavier Bertrand lors d'une visite de l'usine de Méaulte en 2017 © Radio France - Elodie Touchais

Airbus, le groupe aéronautique et sa filiale Stelia disent ne pas avoir d'autres choix que de supprimer des postes pour surmonter la crise que traverse la filière depuis l'épidémie de coronavirus.  Une décision qui ne se prend pas de "gaieté de coeur" insiste Cédric Gautier, le PDG de Stelia qui confirme la suppression de 290 emplois sur le site de Méaulte à l'Est de la Somme.

La production, en première ligne des postes menacés

Face à la cascade de plans sociaux annoncés par les compagnies aériennes comme Air France, Ryanair ou Bristish Airways, les commandes d'avions fondent et ne devraient pas reprendre avant deux ou trois ans prédit le PDG de Stelia. Cédric Gautier explique que c'est donc surtout la "production" qui sera concernée par ces suppressions de postes.  

L'usine de Méaulte et ses 1400 salariés est spécialisée dans la fabrication des pointes avant des avions. C'est pour ça que "les chiffres sont relativement importants" explique le PDG de Stelia. Tous les modèles d'avions sont concernés puisque "c'est dévasté partout" souligne Cédric Gautier.

Des mesures de chômage partiel longue durée pour limiter la casse des emplois

Pour limiter les conséquences sur l'emploi, Stelia mise sur la mise en place de mesures de chômage partiel longue durée, une mesure encore en négociation mais qui pourrait s'étendre sur deux ans et plus et éviter, ou en tout cas limiter les suppressions de postes dans les usines du groupe aéronautique. Cela permettrait aussi d'éviter que "les compétences" quittent "la société avant un rebond d'activité" encore difficile à anticiper. "Peut-être en 2023 ou 2024" avance Cédric Gautier.

Eviter à tout prix les licenciements secs

290 postes supprimés à Méaulte : "ce ne sera pas plus, pas moins" à court terme assure Cédric Gautier qui dit vouloir éviter au maximum les licenciements secs.  

Dans un premier temps, les "recrutements" ont été gelés et les "départs non remplacés".  Stelia dit aussi vouloir privilégier la mobilité interne entre les différents secteurs. Les mesures d'âge sont aussi envisagées pour encourager les salariés à partit plus tôt que prévu à la retraite.  Les départs volontaires pour les salariés qui envisagent une reconversion ou veulent lancer leur propre activité seront aussi aidés par le groupe aéronautique détaille Cédric Gautier.

Airbus et sa filiale Stelia veulent finaliser ce plan social pour le mois d'octobre

Choix de la station

À venir dansDanssecondess