Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le dossier DFI enfin devant le tribunal de grande instance de Belfort

jeudi 12 novembre 2015 à 18:14 Par Nicolas Wilhelm et Isabelle Rolland, France Bleu Belfort-Montbéliard

Après quatre renvois, le dossier DFI a enfin été plaidé ce jeudi devant le tribunal de grande instance de Belfort. La CGT demande l'annulation du plan de restructuration de l'usine de fonderie de Delle. Le jugement a été mis en délibéré au 3 décembre 2015.

Les salariés de DFI présents au tribunal
Les salariés de DFI présents au tribunal - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

Les salariés de DFI attendaient cette audience depuis des mois. Après 4 renvois, le dossier a été plaidé ce jeudi 12 novembre devant le tribunal de grande instance de Belfort. La CGT demande l'annulation du plan de restructuration de l'usine de fonderie de Delle, dans le Territoire de Belfort.

 La direction compte en effet transférer la production du nord Franche-Comté vers le site d'Arbois dans le Jura. 12 emplois sur les 31 sont concernés. Mais les syndicats craignent à terme une fermeture pure et simple du site dellois.

"des salariés rencontrés en cachette"

A l'audience, on a assisté à un bras de fer entre avocats. Maitre André Chamy, l'avocat des représentants du personnel de DFI reproche à la direction de vouloir supprimer l'outil de travail; à savoir les moules de fonderie pour la fabrication de pièces pour l'automobile. "Ils sont déjà partis à Arbois, de facto les postes sont supprimés. Conclusion: on s'achemine vers la fermeture à plus ou moins longue échéance." Maitre André Chamy rappelle qu'en février 2015, l'employeur avait convoqué les 12 salariés concernés "en cachette" pour leur proposer une mutation ou une rupture de contrat.

"La société n'envisage aucun licenciement"

 L'avocat d'ID Casting, propriétaire de DFI contre attaque: "la société n'envisage aucun licenciement, elle veut transférer son activité fonderie à Arbois en maintenant l'activité outillage sur Delle. Certes, nous avons rencontré quelques employés mais nous n'avons jamais proposé de modifier leur contrat de travail." Maitre Maillard reproche aussi aux représentants du personnel d'avoir "pourri la situation". 

Le sort de la fonderie est maintenant entre les mains de la justice. Le jugement a été mis en délibéré au 3 Décembre