Économie – Social

Le Doubs, premier département éolien de France en 2018

Par Naïs Esteves et France Bleu Besançon, France Bleu Besançon mardi 13 octobre 2015 à 19:28

Cinq éoliennes sont déjà en action sur "Les Monts du Lomont".
Cinq éoliennes sont déjà en action sur "Les Monts du Lomont". © Radio France - Naïs Esteves

Les cinq premières éoliennes du parc des "Monts du Lomont" ont été inaugurées mardi 13 octobre. D'ici 2018, elles seront cinquante-quatre dans le Doubs central. De quoi produire l'équivalent de la consommation électrique annuelle du Grand Besançon et devenir le premier parc éolien de France.

Le Doubs mise sur la puissance d’Éole. Jusqu'à prétendre devenir le premier parc éolien de France. Avec cinquante-quatre dames de fer d'ici 2018, le Doubs central pourra produire l'équivalent de la consommation électrique d'un tiers des habitants du Doubs, soit 170.000 habitants. Première étape : l'inauguration, mardi 13 octobre, des cinq premières éoliennes du parc des Monts du Lomont. 

Le projet global du groupe européen Velocita Energy se montera à 250 millions d'euros d’investissement. Chaque éolienne dernière génération produit 2,78 MW. Le projet a été initié en 2008 par les équipes d'Opale Energies Naturelles. Il aura fallu le temps des études, notamment sur l'impact environnemental, avant de voir les premières éoliennes sortir de terre.

Pour le directeur France de Velocita Energy, le Lomont était le site parfait pour ce projet d'envergure : "Nous sommes sur des zones avec beaucoup d'espace, remarque Jean Lemaire. L'habitat concentré dans cette région nous a permis d'être à l'écart, assez loin, des habitations, de l'ordre d'un kilomètre. Ça nous permet de faire des projets de taille importante. Et puis surtout c'est une région, qui par son glorieux passé industriel, a beaucoup d'infrastructures électriques qui permettent à ces grands projets de se raccorder et d'exporter ses productions." 

"Les Monts du Lomont" et ses cinq éoliennes. - Aucun(e)
"Les Monts du Lomont" et ses cinq éoliennes.

Les sept ans de maturation du projet ont laissé le temps aussi à Velocita de développer des éoliennes dernières génération, avec des entreprises locales : General Electric à Belfort pour les turbines, les ingénieurs dijonnais d'Artelia, le bureau d'étude bisontin Opale, sans compter les entreprises de génie civil qui ont construit les accès aux sites. Alors même avec des vents faibles, le rotor de ces éoliennes se tournent pour optimiser le souffle d’Éole.

A 100 mètres du sol, les pales font 120 mètres d'envergure. Soit l'équivalent d'un terrain de football. Mais pas de quoi gâcher le paysage selon madame le maire d'Anteuil, Eliane Savourey. Trois des cinq éoliennes en service sont sur le territoire de la commune. "J'aime mieux voir des éoliennes que des grandes lignes haute tension", résume l'édile. Une manne financière pour l'économie locale. Selon ses calculs, Velocita Energy,  prévoit 10% de retombées pour les entreprises de la région, soit 25 millions d'euros.