Économie – Social

Le foie gras landais bientôt de retour aux States ?

Par Nelly Assenat, France Bleu Gascogne vendredi 28 mars 2014 à 9:54

Un bocal de foie gras
Un bocal de foie gras © Radio France

Depuis la fin des années 2000, la France n’exporte plus de foie gras aux Etats-Unis. Cela pourrait changer dès l’an prochain grâce à deux abattoirs qui se mettront aux normes sanitaires pour obtenir l’agrément américain.

Exporter de nouveau aux États-Unis…C'est l'espoir du CIFOG, le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, qui présentait les résultats de la filière hier jeudi. Alors que la consommation baisse en France (moins 5%), on note de bons résultats vers l'étranger : + 5% à l'exportation cette année. Ces résultats pourraient être encore meilleurs si le foie gras est de nouveau exporté aux USA.

Le désamour des États-Unis envers le foie gras a commencé en 1999 quand l'Union Européenne refuse d'importer de la viande aux hormones. La réaction des États-Unis est immédiate : ils doublent les taxes douanières du foie gras. Ensuite même si les surtaxes douanières sont levées en 2012 les normes sanitaires ont fait le reste : trop exigeantes, elles font définitivement barrière au foie gras. En peu de temps les producteurs français ne disposent plus d'abattoirs avec l'agrément pour exporter aux États-Unis.

Ce sont des Landais qui permettraient d'exporter aux USA

Cela pourrait donc changer dans moins de deux ans car selon nos informations deux abattoirs aux normes sont en projet en France pour obtenir ce fameux agrément. Ils seraient situés dans les Landes avec les entreprises Lafitte et Delpeyrat .

Les deux entreprises landaises se porteraient candidates pour faire l'abattage des canards pour le compte de la profession. La reconquête des États-Unis est une bonne affaire économique, mais c'est aussi un symbole. Là-bas un État continue d'interdire la production et la vente de foie gras : la Californie.

Le consommateur américain a envie de remanger du foie gras d'après Marie-Pierre Pé, déléguée générale du CIFOG.