Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le gouvernement français accorde un mois de plus à Fincantieri pour le rachat des Chantiers de l'Atlantique

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Le gouvernement français a accordé à l'italien Fincantieri une cinquième prolongation, d'un mois, pour finaliser le rachat des Chantiers de l'Atlantique, a annoncé mercredi le ministère de l'Économie, alors que l'offre expirait au 31 décembre.

Les Chantiers de l'Atlantique, à Saint-Nazaire (illustration).
Les Chantiers de l'Atlantique, à Saint-Nazaire (illustration). © Maxppp - Eddy LEMAISTRE

Le gouvernement français a accordé à l'italien Fincantieri une cinquième prolongation, d'un mois, pour finaliser le rachat des Chantiers de l'Atlantique, a annoncé mercredi le ministère de l'Économie, alors que l'offre expirait fin 2020. "Le gouvernement français propose à Fincantieri la prolongation de l'accord de vente et d'achat pour une nouvelle durée d'un mois", selon un message du ministère reçu par l'Agence France Presse.

Un délai octroyé compte tenu de la crise du Covid-19

La Commission européenne réclame à Fincantieri des informations dans le cadre d'une enquête sur l'impact de la vente pour la concurrence dans le secteur de la construction navale, tandis que l'entreprise italienne affirme de son côté avoir déjà fait tout ce qu'elle doit et peut faire pour cette acquisition. 

Pour justifier le nouveau délai, le ministère français fait valoir que "compte tenu de la crise du Covid-19 qui a fortement affecté l'activité de la croisière, il a été décidé de suspendre les travaux de la Commission au printemps".  Aussi "la prolongation de la crise économique et le manque de visibilité du secteur de la croisière rendent(-ils) complexes l'étude par la Commission du dossier", selon le ministère. 

La Commission européenne doit finaliser son instruction

Ce nouveau délai doit "permettre à la Commission de finaliser son instruction et à Fincantieri de répondre aux dernières questions posées par la Commission", selon Bercy. Depuis la faillite de la maison mère sud-coréenne des Chantiers, l'entreprise de Saint-Nazaire, spécialisée dans les paquebots et navires militaires de grande taille, est détenue par l'État français (84,3% du capital), Naval Group (11,7%), les salariés (2,4%) et des sociétés locales (1,6%). 

Depuis 2017, un projet de cession prévoit que Fincantieri détienne 50% du capital, plus 1% supplémentaire prêté par l'État français - qui se réserve le droit de le reprendre si le groupe italien ne respectait pas ses engagements. Les syndicats des Chantiers de l'Atlantique, le maire PS de Saint-Nazaire David Samzun, le président PS du conseil départemental de Loire atlantique Philippe Grosvalet et la présidente LR de la région Pays de la Loire Christelle Morançais sont opposés à la vente à Fincantieri.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess