Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid - Le gouvernement ne doit pas stigmatiser les restaurateurs estime l'UMIH

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Les restaurateurs bretons s'organisent pour crier leur colère au gouvernement. Si celui-ci a annoncé plusieurs aides, ils estiment que le gouvernement ne doit pas stigmatiser les restaurateurs en pleine crise de la Covid.

Les restaurateurs sont en colère. En Bretagne aussi, même s'il n'y a qu'à Rennes que les restaurants - pour le moment - ferment à 22 heures. 

Certes ils ont fait une belle saison d'été, mais les clients réguliers ne sont pas tous revenus : "On est dans un timing avec une sortie de saison qui s'annonce difficile, notamment avec des effets d'annonces." Des annonces? Pas plus tard que mardi, Hubert Jan, le patron de l'UMIH dans le Finistère et responsable de la branche restauration de l'Union des métiers de l'industrie hôtelière, a d'ailleurs rencontré une partie du gouvernement. 

"Nous allons prolonger le dispositif de chômage partiel avec une indemnisation à 100% jusqu'au 31 décembre de cette année pour tous les hôtels, cafés, restaurants qui sont touchés par la crise", a détaillé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire

Le gouvernement tient des propos incohérents

"On ne demande pas d'aides, on demande à pouvoir travailler", répond Hubert Jan. "Stigmatiser la profession n'est pas audible. Rien aujourd'hui selon les médecins ne prouve qu'on attrape la Covid au restaurant. J'ai entendu hier dans les propos des quatre ministres une justification qui se base sur des études américaines, pour nous ça dépasse l'entendement."

Et avec l'automne qui arrive les terrasses ferment, le protocole sanitaire impose un nombre de clients en intérieur plus restreint. "L'inquiétude vient surtout d'inscrire dans la tête des clients qu'on attrape la maladie chez nous."

Le risque sanitaire pas indemnisé

Le problème vient aussi, estiment les restaurateurs, qui demandent des indemnisations, des assurances. "Ils auraient dû prendre en charge les loyers qui pèsent lourds dans les comptes d'exploitation. _Cela va se régler devant la justice._" Certains sont en train de s'organiser pour souscrire des contrats groupés auprès de nouveaux assureurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess