Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le gouvernement va réduire l'aide fiscale accordée aux plus de 70 ans qui emploient une aide à domicile

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le gouvernement compte limiter l'aide fiscale dont bénéficient les plus de 70 ans qui emploient un salarié à leur domicile, a indiqué sa porte-parole ce lundi. L’exonération totale de charges patronales serait désormais réservée à ceux qui sont dépendants ou en situation de handicap.

De nombreuses personnes âgées ont besoin d'une aide à domicile pour leur vie quotidienne.
De nombreuses personnes âgées ont besoin d'une aide à domicile pour leur vie quotidienne. © Maxppp - Vanessa MEYER

Si vous ou vos proches avez plus de 70 ans et qu'une aide à domicile vient régulièrement vous aider au quotidien pour faire du ménage ou des courses, elle pourrait bientôt vous coûter plus cher. Le gouvernement va en effet limiter aux plus dépendants l'avantage accordé aux personnes âgées de plus de 70 ans qui emploient une aide à domicile, a indiqué lundi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. 

Seules les personnes en situation de dépendance ou de handicap pourront bénéficier de cet avantage 

Concrètement, le gouvernement veut concentrer l'exonération totale de charges patronales, dont bénéficient automatiquement les personnes de plus de 70 ans qui emploient une aide à domicile, sur celles en situation de dépendance ou de handicap. Les personnes de plus de 70 ans qui sont non dépendantes pourront se rabattre sur l'exonération de deux euros applicable pour chaque heure travaillée, ou l'exonération de 50% du coût d'un emploi à domicile, dont bénéficient déjà tous les particuliers employeurs.

Le gouvernement se défend d'avoir une "politique anti-vieux" 

Ce coup de rabot est destiné à faire des économies et à financer les baisses d'impôts promises par Emmanuel Macron. Après la hausse de la CSG (en partie annulée) et la sous-indexation par rapport à l'inflation des pensions de retraites supérieures à 2.000 euros, c'est une mesure de plus qui va impacter le pouvoir d'achat des retraités. Mais le gouvernement se défend de tout acharnement : "Il n'y a pas de politique anti-vieux qui soit menée par ce gouvernement", a affirmé sa porte-parole, qui a rappelé que le crédit d'impôt ou l'exonération sociale de 2 euros par heure travaillée pouvait bénéficier à tous.

Une économie de 310 millions d'euros l'an prochain 

Selon le journal Les Echos, ce rabot permettrait de réaliser une économie de 310 millions d'euros l'an prochain, et 360 millions d'euros les années suivantes. Cette année, cette aide mise en place en 1987 va coûter près de 1,8 milliard d'euros. Sollicité par l'AFP, Bercy n'a pas souhaité faire de commentaire. Ces révélations interviennent à quatre jours de la présentation par le gouvernement de son projet de loi de finances pour 2020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu