Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Brice, Jules, Bizzbee : le groupe de prêt-à-porter Happychic devrait supprimer 466 emplois et fermer 90 magasins

mardi 17 juillet 2018 à 14:45 Par Géraldine Houdayer et Marie-Jeanne Delepaul, France Bleu Nord et France Bleu

Le groupe de prêt-à-porter Happychic, qui possède les marques Jules, Brice, Bizzbee et Gentle Factory et appartient à la famille Mulliez, propiétaire d'Auchan, pourrait supprimer 466 postes d'ici trois ans, ont indiqué ce mardi les syndicats et la direction. 90 magasins sont menacés.

L'enseigne Brice va fermer 49 magasins.
L'enseigne Brice va fermer 49 magasins. © Maxppp - Sebastien JARRY

Le groupe de prêt-à-porter Happychic, qui appartient à la galaxie Mulliez, pourrait supprimer plus de 460 postes d'ici 2020-2021, a-t-on appris mardi auprès des syndicats et de la direction. Il s'agit d'un "maximum de 466 postes", selon la direction du groupe, qui possède les enseignes Jules, Brice, Bizzbee et Gentle Factory. 

90 magasins Brice, Jules et Bizzbee vont fermer 

L'entrepôt du Mans et environ 90 magasins sont menacés, selon les syndicats. Dans le détail, il s'agirait de 49 magasins de l'enseigne Brice, 30 de Jules et 10 de Bizzbee, selon FO. "Je ne peux parler qu'au conditionnel, car tout est au stade de projet", avance prudemment Jean-Christophe Garbino, le directeur général d'Happy Chic. "Ce qu'on a communiqué, c'est une liste au pire de ce qui peut se passer, le maximum envisagé."

Je suis révoltée de voir autant de suppressions" - Nadia Ferrante, déléguée FO

"Je suis révoltée de voir autant de suppressions", a réagi Nadia Ferrante, déléguée FO, dénonçant les "choix stratégiques erronés" de la direction depuis plusieurs années sur le marketing et la qualité du vêtement. Des choix qui, selon elle, ont conduit à cette situation. "Le pire, c'est que les personnes qui ont opéré ces choix sont toujours en poste actuellement alors que des salariés qui n'ont rien demandé vont être remerciés gracieusement"."On y était préparé, mais on espère toujours un chiffre moins élevé", a déclaré à l'AFP Patrick Digon, délégué CFDT. 

Des bénéfices divisés par deux en un an

"On a un certain nombre de magasins durablement non profitables à cause de l'évolution des zones de shopping et de la concurrence du commerce en ligne, explique Jean-Christophe Garbino. 

_Nos bénéfices ont été divisés par deux en un an, sachant qu'ils avaient été déjà divisés par deux au cours des trois années précédentes"  _Jean-Christophe Garbino, directeur général d'Happychic

"Brice n'a jamais été rentable depuis son rachat par la famille et Jules a vu son résultat divisé par plus quatre au cours des dernières années donc on est dans une situation très difficile. Si on ne fait rien, à court terme même Jules va passer en perte", prévient-il.

Un plan social négocié à partir de la fin août 

Selon lui, 300 postes devraient être supprimés dans le réseau des magasins, 43 dans la logistique et le reste parmi le personnel administratif du siège à Roubaix (Nord). Les négociations du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) devraient commencer fin août et se terminer fin novembre, même si la direction n'avance aucun calendrier officiel.

A terme, une fusion de Jules et Brice

Le projet de "transformation" de la direction devrait aboutir, à terme, à la fusion de Jules et Brice en une seule et même enseigne, dont le nom n'est pas encore déterminé. Des tests seront menés pour évaluer ce projet baptisé "Jules&co". "De son côté, Bizbee prendrait son autonomie, tout en restant filiale d'Happychic", selon la direction.

Happychic compte 740 magasins dans 17 pays, pour 720 millions d'euros de chiffre d'affaires et 4.000 collaborateurs, dont 2.600 salariés en France, selon les chiffres de la direction.