Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le groupe de santé ELSAN va verser la "prime Macron" à ses salariés d'Avignon

lundi 4 mars 2019 à 7:13 - Mis à jour le lundi 4 mars 2019 à 17:12 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Vaucluse

80% des salariés du groupe Elsan à Avignon vont toucher une prime exceptionnelle de 200 euros maximum. Une "prime Macron" exonérée de charges pour l'employeur et d'impôts pour les salariés qui en avaient bien besoin.

Une partie des 250 salariés de la clinique Urbain V à Avignon va bénéficier de cette prime Macron.
Une partie des 250 salariés de la clinique Urbain V à Avignon va bénéficier de cette prime Macron. © Radio France - Marion Bargiacchi

Avignon, France

Le groupe des cliniques  du groupe Elsan va verser une "prime Macron" d'un montant 200 euros maximum à tous ses salariés qui touchent moins de 36.000 euros par an soit 3.000 euros par mois. Pour les établissements avignonnais que sont les cliniques Urbain V, Rhône Durance et le centre chirurgical Montagnard, c'est plus des trois quarts des 580 employés. Le groupe Elsan est le deuxième plus grand groupe de santé privé en France.

Une somme qui soulage de nombreux employés

Une somme bienvenue pour de nombreux salariés comme Marion, infirmière à la clinique Urbain V. Elle touche entre 1.700 et 1.750 euros pars moi et va donc pouvoir bénéficier de cette prime, qu'elle va placer "pour avoir un peu de sous de côté. Quand on a des enfants et qu'on travaille à deux, ce n'est pas forcément facile de tout gérer. Si j'ai repris en laissant mon fils de deux mois et demi en crèche, c'est parce que je n'avais pas le choix." 

"Avoir besoin de cette prime, ça démontre qu'il y a un malaise national et que le pouvoir d'achat est vraiment pas bon." - Marion, infirmière

Congés maternité, maladie et payés sont comptabilisés comme du temps de travail et ne privent pas de cette prime exceptionnelle. De même, les salariés qu'ils soient en CDI ou CDD pourront en bénéficier, tout comme ceux qui dépassent le seuil de 3.000 euros par mois à cause d'astreintes : les éléments variables de la paie ne sont pas pris en compte.  

Sandrine est secrétaire de régulation, elle touche environ 1.500 euros par mois. "Moi je suis du côté de la consommation, ça tombe très bien cette prime parce qu'on se fait un petit plaisir, on part au ski !". Relancer la consommation c'est l'un des objectifs affiché de cette prime "Macron". 

Alors pourquoi ne pas réviser les salaires vers le haut ? "Ici, on attend que ça "! répondent en coeur Marion et Sandrine. Mais leur rémunération est déterminé par un point, multiplié par un coefficient. "Ce sont des gens qui n'ont jamais vraiment vu leur salaire augmenter, explique Clément Larcher, directeur sur le territoire d'Avignon. Le fait que cette prime soit exonérée de charges pour nous et d'impôts pour eux nous a forcément encouragés à leur verser."