Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Landes : Gascogne Bois ferme son site de Castets, près de 100 emplois menacés

-
Par , , France Bleu Gascogne

Le groupe industriel landais du papier et de l'emballage Gascogne va fermer sa filiale "bois". Au total, 92 postes sont menacés, principalement sur le site de Castets dans les Landes qui va fermer.

Le site de Castets de Gascogne Bois, où près de 100 emplois sont menacés
Le site de Castets de Gascogne Bois, où près de 100 emplois sont menacés © Radio France - Paul Ferrier

Le groupe Gascogne, géant industriel du papier, du bois et des emballages a annoncé officielement à ses salariés la fermeture prochaine du site de Castets, dans les Landes. Gascogne Bois est le premier opérateur du bois en France, et premier fournisseur pour la fabrication de palette et d'emballages. 

L'annonce du plan de restructuration qui va toucher le groupe a été faite ce vendredi 28 févier en CSE auprès des salariés. Depuis la direction a entamé un tour des différents sites du groupe pour l'expliquer aux salariés. Ce lundi 3 mars, c'était le tour des 74 salariés de la scierie de Castets qui va donc complètement fermer. Ils ont été réunis dans le cinéma du village pour entendre les arguments de la direction qui a déclenché un Plan de Sauvegarde de l'Emploi. 

Les négociations entre syndicats et direction commencent

Depuis ce mardi matin, à Castets, les représentants syndicaux des salariés du site se sont mis au travail autour d'un cabinet spécialisé dans le Plan de Sauvegarde de l'Emploi. Devant la scierie, dans la zone industrielle du village d'un peu plus de 2000 habitants, nous sommes reçus par Jean Luc Lesbegueries, délégué syndical CGT, et par Fabrice Lartigau de la CFDT. Le premier montre du doigt son outil de travail : "Regardez cette chaudière que vous avez en face de vous. Elle est toute neuve. Ils vont la stopper et la démonter pour la transférer à Escource". L'autre syndicaliste enchaîne : "Il doit avoir 50 ans ce site, moi j'y suis depuis 30 ans. Il a fait vivre les Castésiens pendant des années ... Tout va fermer".

Et cette fermeture, les syndicalistes ne l'avaient pas vu venir : "Pas du tout", continue Fabrice Lartigau de la CFDT. "C'est un site où on a mis 4 millions d'euros il y a 4 ou 5 ans pour une centrale, mais par contre on dit, on va la fermer. Donc c'est une incompréhension totale des salariés vu la productivité du site.

74 emplois sont ainsi menacés à Castets, mais aussi 5 à l'usine d'Escource, 2 à Sore et 10 au siège social. 92 en tout selon les documents remis aux syndicats. Ces derniers sont donc désormais chargés de négocier le Plan de Sauvegarde de l'Emploi avec la direction qui comprendra des départs volontaires avec prime, des reclassements en interne et en externe et la recherche d'un potentiel repreneur pour le site de Castets. Selon le maire du village, Philippe Mouhel, le groupe Gascogne voudrait aller vite et fermer définitivement la scierie en juin.

Situation financière "catastrophique" de la filière bois

Mais cette fermeture est-elle justifiée économiquement ? Les syndicalistes, qui ont reçu les chiffres de la direction qui montrent une situation "catastrophique de la filière bois", ne le contestent pas. "Elle se justifierait peut-être économiquement ... industriellement, peut-être pas", s'interroge tout de même le représentant de la CGT. 

Contactée par France Bleu Gascogne, la direction du groupe se refuse à tout commentaire. Mais nous nous sommes procurés le courrier que le directeur du groupe, Dominique Coutière, a envoyé aux salariés. On peut y lire ceci : "Le problème est que nous ne parvenons pas à atteindre un équilibre économique minimum pour la division bois qui ne mette pas en péril la pérennité de l'ensemble du groupe. En effet, malgré deux restructurations industrielles en 2015 et 2017 qui ont vu la fermeture des sites et activités les plus périphériques, malgré des efforts considérables afin de diminuer les frais de structure, nous perdons encore 6 millions d'euros par an. [...] La fermeture d'une scierie est devenue indispensable afin d'ajuster nos capacités industrielles aux marchés accessibles à l'entreprise". 

Le courrier du directeur du groupe Gascogne aux salariés.
Le courrier du directeur du groupe Gascogne aux salariés. - DR

"On est sous le choc" 

A Castets, cette annonce de fermeture est vécue comme un choc par le maire du village Philippe Mouhel. Il souhaite peser de tout son poids pour obtenir du groupe Gascogne, une sortie "propre" de cette situation qui tourne une page de l'histoire de l'industrie à Castets.  

Le maire de Castets, Philippe Mouhel, parle de "casse sociale" de la part du groupe Gascogne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu