Économie – Social

Le groupe sidérurgique Ascométal placé en redressement judiciaire

Par Thibaut Lehut, France Bleu Isère et France Bleu Saint-Étienne Loire vendredi 7 mars 2014 à 11:07 Mis à jour le vendredi 7 mars 2014 à 11:22

L'usine d'Ascométal de Hagondange, en Moselle
L'usine d'Ascométal de Hagondange, en Moselle © Maxppp

Le tribunal de commerce de Nanterre a placé Ascométal en redressement judiciaire, ce vendredi. L'entreprise, qui compte 1.900 salariés, a six mois pour trouver un repreneur ou une solution pour combler une lourde dette.

Le groupe sidérurgique français Ascométal a obtenu de la justice un sursis de six mois. Plombé par une dette de 360 millions d'euros, l'entreprise a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Nanterre, ce vendredi. Elle a désormais six mois pour envisager l'avenir, au cours desquels un administrateur nommé par la justice sera à la manoeuvre. Deux solutions s'offrent à Ascométal.

Arnaud Montebourg : "Plusieurs marques d'intérêt pour une reprise"

Soit l'entreprise trouve un repreneur, soit elle parvient à convenir d'un accord avec ses créanciers sur sa dette. Selon Arnaud Montebourg, c'est la première hypothèse qui se dessine. Le ministre du Redressement productif a effectivement évoqué "plusieurs marques d'intérêt" pour une reprise du groupe, qui selon lui possède "une réelle ambition industrielle".

Sept semaines de trésorerie

Arnaud Montebourg a également "condamné" le "désaccord financier" qui mine les relations entre l'actionnaire d'un côté (le fonds d'investissement américain Apollo) et ses créanciers de l'autre (les banques Morgan Stanley et Bank of America). Les deux parties négociaient depuis plusieurs mois, mais ne sont pas parvenus à trouver une sortie de crise. A commencer donc par un effacement de la dette. Les banques accusaient le fonds d'investissement de les avoir entraînées dans une affaire non rentable, et demandaient notamment à disposer de droits sur la gouvernance du groupe.Malgré ce délai de six mois accordé par la justice, il y a urgence. L'entreprise est en cessation de paiement depuis mardi dernier. Le tribunal de commerce estime qu'elle dispose de sept semaines de trésorerie. Leader des aciers spéciaux pour l'automobile et l'industrie pétrolière, Ascométal compte trois grosses usines en France : Dunkerque (Nord), Hagondange (Moselle) et Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Le groupe a aussi des sites à Custines (Meurthe-et-Moselle), Le Marais (Loire) et Le Cheylas (Isère).