Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le groupe SOS veut rouvrir 1.000 cafés dans les bourgs en France

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu

Le groupe SOS a envoyé jeudi un questionnaire aux 32.221 maires des communes de moins de 3.500 habitants qui n'ont plus de café. Objectif, les rouvrir, en salariant deux personnes à chaque fois.

Sur le zinc (illustration)
Sur le zinc (illustration) © Maxppp - Vincent ANDORRA

L'appel à candidatures a été lancé jeudi, pour enrayer la fermeture des cafés, et la mort des villages : Le groupe SOS, spécialisé dans l'économie sociale et solidaire a envoyé un questionnaire aux 32.221 maires de communes de moins de 15.000 habitants qui n'ont plus de café dans le bourg : "On a plus de 150 réponses de maires et plusieurs maires bretons se sont manifestés dans tous les départements", se satisfait Hélène Labrunie, chef de projet 1.000 cafés.

"Le café est un espace fédérateur"

Car perdre le dernier commerce du village, souvent le bar, peut être dramatique : "Quand il n'y a plus de cafés, il n'y a plus de commerces. Le café est un espace fédérateur pour _rassembler toute la population locale_."

C'est aux maires de donner l'impulsion : "Les maires vont pouvoir nous aider à identifier un local disponible vacant (pas forcément propriété de la mairie) ou un café menacé de fermeture et dont nous pourrions aider à la reprise."

"Faire des économies d'échelle"

Mais comment faire fonctionner des cafés qui ne fonctionnaient plus ? "On a l'ambition de faire réussir le projet avec notre modèle. On va fonctionner sur une dynamique de réseau. On va mutualiser les coûts en ouvrant de nombreux cafés, en les faisant fonctionner ensemble, en négociant des tarifs auprès des fournisseurs, en faisant des économies d'échelle. On proposera aussi un cadre social intéressant aux deux salariés qui travailleront dans chaque café". En l’occurrence, un gérant et un salarié, au SMIC.

"Développer tout un panel de services de proximité"

Mais le réseau ne veut pas en rester là. Hélène Labrunie compte bien _"_développer tout un panel de services de proximité qui manquent aujourd'hui dans les communes : le dépôt de pain, le relais de poste, de colis, le distributeur de billets, les services de mobilité pour les personnes âgées."

Choix de la station

France Bleu