Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le groupe Yoplait, qui emploie 350 personnes dans la Sarthe, en discussions pour être racheté par Sodiaal

-
Par , France Bleu Maine

Le groupe Sodiaal a annoncé ce mardi être en "négociation exclusive" avec Yoplait pour un rachat d'ici la fin de l'année. Le marque Yoplait emploie 350 personnes dans la Sarthe. La nouvelle divise la CGT, syndicat majoritaire du groupe.

L'accueil des livraisons de l'usine Yoplait du Mans avec un camion citerne (illustration).
L'accueil des livraisons de l'usine Yoplait du Mans avec un camion citerne (illustration). © Radio France - Alexandre Chassignon

Et si Yoplait revenait dans le giron de Sodiaal ? La coopérative a annoncé mardi 23 mars qu'elle était en "négociation exclusive" avec l'américain General Mills pour reprendre le contrôle de la marque à la petite fleur, qu'elle avait créée en 1965. Yoplait commercialise des marques comme Perle de Lait, Panier de Yoplait, Yop ou encore Petits Filous. "Sodiaal reviendrait à ses racines", se réjouit le groupe. Yoplait possède trois sites en France : Vienne (à côté de Lyon), Monéteau (près d'Auxerre) et Le Mans (Sarthe). Le site sarthois compte 350 salariés et le syndicat majoritaire, la CGT, est partagé par la nouvelle.

Entre soulagement et inquiétude

A la CGT, on avoue que le bruit courrait depuis déjà quelques semaines. Ce n'est donc pas vraiment une surprise pour l'un de ses représentants mais c'est en revanche une forme de soulagement parce que depuis le rachat par l'américain General Mills, il y a dix ans, les effectifs et les volumes ont baissé. Les salariés craignaient alors la fermeture de l'un des sites français dans les prochaines années. Basculer de nouveau dans l'escarcelle de Sodiaal, c'est donc revenir dans le giron français et c'est plutôt une bonne chose pour la CGT. 

On n'avait de toutes façons jamais vraiment compris que Sodiaal nous vende - un élu CGT

Mais évidemment ce rachat soulève quelques inquiétudes : qu'en sera-t-il des accords d'entreprise et donc des avantages sociaux des salariés ? Les derniers ont été signés fin 2020, explique un délégué un peu désabusé. Dans son communiqué, Sodiaal assure que le rachat se ferait "sans impact pour les collaborateurs ni changement de leurs conditions de travail ou de leur contrat." Une opération qui, si elle aboutit, pourrait se faire assez vite : le groupe vise la fin de l'année, après information et consultation des salariés ainsi que des autorités de la concurrence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess