Économie – Social DOSSIER : LE + INFO

Le + INFO - Les trois idées reçues sur le financement participatif

Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne vendredi 19 mai 2017 à 15:35

Vincent Walter est chargé de mission à Graines d'actions, la 1ère plate-forme de financement participatif pour les projets d'utilité sociale
Vincent Walter est chargé de mission à Graines d'actions, la 1ère plate-forme de financement participatif pour les projets d'utilité sociale © Radio France - Stéphane Parry

De plus en plus de projets se réalisent grâce aux dons ou aux prêts de particuliers. La Côte-d'Or n'échappe pas à la règle. A Graines d'Actions, la 1ère plate-forme de financement participatif (crowdfunding) dans le domaine de l'utilité sociale, on compte une trentaine de projets.

Vous avez un projet, vous souhaitez soutenir une initiative dans le domaine social, Graines d'Actions basée à Dijon, première plate-forme régional pour les projets d'utilité sociale, vous tend les bras. Que ce soit pour un salon d’esthéticienne ou un fauteuil roulant pour une équipe de foot, le financement participatif est l'une des solutions qui s'offrent à vous pour mener à bien un projet.

En fin de compte, il s'agit de récolter des fonds auprès des particuliers sur une courte période, deux ou trois mois au plus. A Graines d'Actions, les projets financés se chiffrent à quelques milliers d'euros. Mais en passant par d'autres plateformes (Ulule, My Major Compagny...) les sommes récoltées peuvent être beaucoup plus importantes.

Invité à s'exprimer sur France Bleu Bourgogne, Vincent Walter, chargé de mission à Graines d'Actions, répond à trois idées reçues sur le financement participatif :

1) On ne peut pas faire appel au financement participatif pour des projets coûteux

Faux : "tout projet quel que soit sa dimension peut trouver sa solution. Il faut juste aller fouiller sur internet. Il existe des plateformes ou le financement participatif se chiffre en plusieurs dizaines de milliers d'euros."

2) Quand on fait appel au financement participatif, c'est parce que les banques ont refusé le projet

Faux : "il faut voir le financement participatif comme un financement complémentaire. Il viendra augmenter la confiance des banquiers, celle des prêteurs et des financiers parce que vous validez la confiance des citoyens sur le terrain."

3) Certaines plateformes sont utilisées pour blanchir de l'argent

???? : "c'est la première fois que j'entends parler de complot dans le financement participatif. Pour moi, c'est difficile de répondre à cette question."