Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Boulangeries : le jour de fermeture hebdomadaire est maintenu dans la Charente

-
Par , France Bleu La Rochelle

Les arrêtés préfectoraux concernant la fermeture hebdomadaire obligatoire des boulangeries de la Charente et de la Vienne avaient été contestés par les franchisés. Le tribunal administratif de Poitiers a rendu sa décision ce mardi 29 janvier : les arrêtés restent en vigueur.

La fermeture hebdomadaire obligatoire des boulangeries de Charente et de la Vienne a été confirmée par le tribunal administratif de Poitiers.
La fermeture hebdomadaire obligatoire des boulangeries de Charente et de la Vienne a été confirmée par le tribunal administratif de Poitiers. © Radio France - Elsa Vande Wiele

Charente, France

Les boulangeries de Charente et de la Vienne devront continuer à fermer au moins un jour par semaine.  Les arrêtés préfectoraux prescrivant cette fermeture avaient été contestés en justice par les franchisés, type la Mie Câline dans ces deux départements.  La décision du tribunal administratif de Poitiers a été rendue ce mardi 29 janvier.

La guerre du pain n'est pas terminée en Charente

Une bonne nouvelle pour les artisans boulangers. Pour le président de la Fédération des boulangers de Charente, Jean-Claude Christmann, cette décision était logique : " Si on ouvre sept jours sur sept, pourquoi pas 24 heures sur 24 ? Les grosses sociétés, celles qui ont du personnel, profiteront de cette ouverture mais pas les petits artisans boulangers".

La Fédération des entreprises de boulangerie, à l'origine de cette demande de retrait ne compte pas en rester là. "Nous allons faire appel", prévient Matthieu Labbé, délégué général de cette fédération."Ces règles obsolètes, presque centenaires doivent cesser. Aujourd'hui les boulangers veulent travailler, arrêtons de les embêter avec des arrêtés préfectoraux.