Économie – Social

Le loirétain Axéréal devient le deuxième producteur de farine de France

France Bleu Orléans lundi 2 mars 2015 à 19:45

Axéréal devient le deuxième groupe meunier de France en s'alliant à Dijon Céréales
Axéréal devient le deuxième groupe meunier de France en s'alliant à Dijon Céréales © Maxppp-Sylvestre-Nice

La coopérative agricole dont le siège social est désormais installé à Olivet dans le Loiret va fusionner avec Dijon céréales dans le secteur de la production de farine. Axéréal va ainsi devenir le deuxième groupe meunier de France.

Axéréal est aujourd’hui le premier groupe privé du Loiret, et la coopérative agricole ne compte pas s’arrêter là. Axéréal va fusionner avec Dijon céréales , du moins pour la production de farine , pas pour ses autres activités. C'est un rapprochement important, puisque la coopérative devient ainsi le deuxième groupe meunier de France , derrière Nutrixo, qui possède notamment l'entreprise Grands Moulins de Paris. La fusion entre les activités de meunerie des deux groupes sera effective au 1er juillet, le nom de la nouvelle branche farine ainsi créée n'a pas encore été choisie. Ce rapprochement n’aura pas de conséquence pour l'emploi , Axéréal emploi au total 3.200 personnes dont 340 en Loiret.

Une croissance également géographique

430.000 tonnes de farines produites par an, 10 moulins, six plate-formes logistiques et 600 salariés, en s’alliant avec Dijon céréales pour la production de farine, Axéréal va accroître d’un tiers son poids sur le marché français auprès de la grande distribution et de la boulangerie. Avec des marques désormais bien identifiées comme Banette, la Croquise, Festival des Pains ou encore la farine bio Lemaire. Mais le rapprochement est aussi géographique , puisque Axéréal est surtout implanté en région Centre-Val de Loire, alors que Dijon céréales est en Bourgogne-Franche Comté. Cette stratégie de croissance externe est aussi une réponse à une année 2014 un peu difficile pour la coopérative, dont le chiffre d'affaire a reculé de 16%, dépassant malgré tout les 3 milliards d'euro. Une baisse due essentiellement à la chute du prix des céréales...