Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le magasin Pimkie de Tours va fermer en 2018

mercredi 10 janvier 2018 à 17:22 Par Yohan Nicolas et Jean Lebret, France Bleu Touraine

Le seul magasin Pimkie d'Indre-et-Loire figure dans la liste des 37 boutiques qui vont fermer en France, faute de rentabilité. L'enseigne tourangelle de la chaîne de prêt-à-porter féminin située rue Nationale, compte une dizaine de salariés dont sept CDI selon le syndicat FO.

Pimkie était à Tours depuis le milieu des années 70
Pimkie était à Tours depuis le milieu des années 70 © Maxppp - Sebastien JARRY

Indre-et-Loire, France

Triste nouvelle pour les salariés du magasin Pimkie de Tours, rue nationale. La boutique d'Indre-et-Loire est dans la liste de celles qui vont disparaître. Le magasin qui emploie une dizaine de salariés dont sept CDI fermera courant 2018. Les salariés dont la moyenne d'âge est d'une quarantaine d'années n'en savent pas plus pour le moment.

Pimkie qui appartient au groupe Mulliez (Groupe Auchan) va fermer 37 magasins sur ses 321 en France. Lundi, la direction de l'enseigne de textile a annoncé lors d'un comité central d'entreprise la suppression de 208 emplois sur les 1 900 que compte le groupe en France. 

Marie Even déléguée syndicale FO à la boutique de Tours a participé aux négociations au siège à Villeneuve d'Ascq dans le nord -

On est dans le désarroi, on savait qu'il y avait des difficultés mais de là à fermer, il y a un pas qui a été fait.

L'enseigne de prêt à porter était presque devenue une institution à Tours. Installée depuis le milieu des années 70, elle aura connue deux emplacements rue nationale. 

Pour ce plan social, la direction envisageait d'utiliser la procédure de "rupture conventionnelle collective" prévue par les ordonnances Macron dans le cadre de la réforme du code du travail de septembre 2017 mais les syndicats  CGT, FO et la CFDT, largement majoritaires, se sont positionnés contre ce projet, qui nécessite précisément l'accord de la majorité des syndicats pour être appliqué. Dans un communiqué, les dirigeants de Pimkie expliquent que "l'entreprise présente des résultats déficitaires depuis 2015 et un chiffre d'affaires 2017 en baisse de 10% par rapport à l'année précédente".