Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire de Dieppe et une centaine d'autres maires de France adressent une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Nicolas Langlois le maire de Dieppe fait partie des signataires d'une lettre ouverte adressée au Président Emmanuel Macron.

Une centaine de maires et responsables d'associations adressent une lettre ouverte à Emmanuel Macron.
Une centaine de maires et responsables d'associations adressent une lettre ouverte à Emmanuel Macron. © Maxppp - Christophe Petit Tesson

Une centaine de maires et responsables d'associations ont écrit une lettre ouverte à Emmanuel Macron, Nicolas Langlois le maire de Dieppe fait partie des signataires.

Ils demandent qu'1% du plan de relance de 100 milliards d'euros, décidé pour faire face à la crise du Covid-19,  soit consacré aux quartiers prioritaires. Soit un milliard d'euros pour aider les associations, favoriser l'insertion, lutter contre l'illettrisme et créer des maisons de santé.

Il faut que le plan soit avant tout humain

Pour Nicolas Langlois, le maire de Dieppe, ces quartiers défavorisés souffrent particulièrement de la crise. "On parle beaucoup des conséquences économiques, mais cette crise sanitaire a des conséquences sur les vies, et notamment sur la vie de ceux qui sont les plus fragiles, qui habitent dans nos quartiers populaires. La jeunesse de ces quartiers s'ennuie depuis des mois et n'a pas de perspectives d'avenir. On alerte le Président pour lui dire qu'il faut que le plan soit avant tout humain, que tout ce qui sert d'amortisseur social dans ces quartiers, les services publics, association sportives et culturelles, les associations de quartier, sont très fragilisés par la situation".

Nicolas Langlois, le maire de Dieppe

Choix de la station

À venir dansDanssecondess