Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le maire de Saint-Cyprien favorable à une participation financière des plaisanciers à la SNSM

-
Par , France Bleu Roussillon

La SNSM a besoin de financement. À Saint-Cyprien, le maire réfléchit à faire participer financièrement les plaisanciers. L'idée ne serait pas de créer une nouvelle taxe mais plutôt d'utiliser une partie des taxes déjà perçues par la région, les communes ou encore les ports.

Les sauveteurs de la SNSM à Saint-Cyprien
Les sauveteurs de la SNSM à Saint-Cyprien © Maxppp - Nicolas Parent

Saint-Cyprien, France

La société nationale de sauvetage en mer (SNSM) a besoin de financement. Alors que l'association est encore endeuillée après la mort de trois sauveteurs-bénévoles aux Sables-d'Olonne lors de la tempête Miguel le 7 juin, se pose la question de son financement et de ses moyens financiers pour sauver les marins en détresse. La SNSM dispose d’un budget annuel de fonctionnement de 32 millions d'euros, dont 20 % de subventions publiques et 80 % de dons privés.

Utiliser les taxe déjà perçues par la Région, les communes ou les ports 

À Saint Cyprien, le maire réfléchit à la possibilité detaxer les plaisanciers pour financer le sauvetage en mer. Ces sauvetages ont un coût, explique Daniel Armisen, délégué interdépartementale à la SNSM : "Les équipements, les casques, une tenue de plongée. Il faut savoir qu'un bateau avec nouvelle génération c'est entre 800.000 et 1.4 millions. Ce sont des budgets énormes il faut prévoir sachant que parfois nous sommes obligés de faire des dépenses dans l'urgence."

L'idée est donc de responsabiliser les plaisanciers mais pas question pour le maire de Saint Cyprien, Thierry Del Posso, de créer une nouvelle taxe mais plutôt d'utiliser une partie des taxes déjà perçues par la Région, les communes ou encore les ports : "Aujourd'hui un plaisancier qui a un bateau dans un port il paye un abonnement est-ce qu'on ne peut pas imaginer qu'une partie de cette redevance 2 euros, 3 euros ou 5 euros, on l'affecte directement à la SNSM."

Une idée partagée par les plaisanciers : "Que ce soit au prorata de la taille des bateaux, parce que l'idée est pas de matraquer les petits plaisanciers. Si c'est une cote part minime, par exemple 10 euros par plaisancier, il y a 2.400 anneaux au port de Saint Cyprien. C'est une petite part du budget bateau et ça pourrait être intéressant pour financer de manière pérenne la SNSM. On est secourus que ce soit les professionnels de la mer ou les plaisanciers par les bénévoles et il est anormal que ces bénévoles manquent de moyen. Il est donc normal qu'on y participe."  

Lors du prochain conseil portuaire, le sujet sera donc abordé.