Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le Mans : le gérant d'une supérette refuse de licencier ses salariés

lundi 9 novembre 2015 à 19:01 Par Magali Fichter, France Bleu Maine et France Bleu

Les portes du SPAR de Pontlieue restent closes depuis le 30 octobre. La raison ? Son gérant ne peut plus se payer depuis... Six mois ! La seule solution proposée par le propriétaire du magasin, le groupe Casino, c'est de se séparer de l'un de ses employés. Il refuse, et a préféré partir.

A Pontlieue, le gérant quitte la supérette
A Pontlieue, le gérant quitte la supérette © Radio France - Magali Fichter

Le Mans, France

Sur la porte close de la supérette, une grande affiche fluo...

Le gérant du Spar explique les raisons de son départ - Radio France
Le gérant du Spar explique les raisons de son départ © Radio France - Magali Fichter

Elle est signée de Thierry Lebert, désormais ex-gérant du SPAR, qui regrette que le groupe Casino, propriétaire des lieux, ne l'aie pas aidé lorsqu'il était en difficulté. Son statut de "gérant mandataire non salarié" l'oblige à se payer lui-même, sur les bénéfices du magasin, une fois les salaires de ses employés versés. Or, depuis six mois, il n'y arrive plus. 

Il a repris le magasin en juillet 2013, et il a tenu, pour le faire tourner avec une amplitude horaire plus large, à embaucher une troisième personne. Mais lorsque la conjoncture est devenue un peu moins bonne, il a demandé de l'aide au groupe Casino : il assure que dans certains cas, la direction peut faire un chèque pour soulager les gérants en difficulté. Mais dans son cas, elle lui a simplement proposé de licencier l'un de ses salariés.

Grâce au fait que nous étions une très bonne équipe de quatre, nous avons augmenté le chiffre d'affaire de 19%, et nous avons gagné à peu près 33 000 clients, ce qui est énorme (...) On me demande de virer des salariés pour faire le même travail. Le ratio chiffre d'affaire/personnel est bon, c'est Casino qui n'est pas correct !

Thierry Lebert explique les raisons de son départ

Une réouverture, mais avec qui ?

Du coup, Thierry a tout simplement fermé boutique, même si le SPAR va être repris par un autre gérant. Dans la rue et dans les commerces alentours, voisins et habitués regrettent ce changement : Thierry était très impliqué dans la vie du quartier, raconte un cafetier, tandis qu'une cliente regrette le départ de ce gérant "qui avait toujours un mot gentil". Des retraités ont même versé leur petite larme à l'annonce de la nouvelle.

MISE A JOUR : Casino n'a pas souhaité faire de commentaires sur le fond de l'affaire, mais indique que le magasin va rouvrir cette semaine et que les trois salariés vont être réembauchés.