Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le Mans : Les journalistes de Ouest-France manifestent face à la menace des suppressions de postes

samedi 29 septembre 2018 à 13:56 Par Pierre-Antoine Lefort, France Bleu Maine

Les salariés de Ouest-France sont descendus place de la République, au Mans, ce samedi matin. Ils ont sensibilisé les passants au projet de mutualisation de contenus avec le Maine Libre et à la suppression annoncée de deux tiers des postes en Sarthe.

Les salariés de Ouest-France ont manifesté ce samedi matin place de la République au Mans.
Les salariés de Ouest-France ont manifesté ce samedi matin place de la République au Mans. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Le Mans, France

Le gilet jaune fluo sur le dos et la feuille de pétition à la main, les journalistes de Ouest-France vont au contact des nombreux passants place de la République, au Mans. "Vous avez signé ?" Ils sont quelques dizaines de manifestants ce samedi matin à se mobiliser contre le projet de mutualisation des contenus : une partie des articles publiés par Ouest-France seraient écrits par les journalistes du Maine Libre, ce qui doit conduire à la fermeture des locales de Sablé-sur-Sarthe et de la Flèche et à la suppression de deux tiers des postes dans le département. 

Une pétition en ligne 

Depuis une quinzaine de jours et après plusieurs journées de grève, les salariés cherchent du soutien. La pétition, lancée sur Change.org, récolte ce samedi midi plus de 2500 signatures. Auxquelles vont s'ajouter celles récoltées sur la place de la République. Gérard par exemple, passe avec le Ouest-France du jour sous le bras. Ce projet, "c'est un peu dommage, parce que ce sont deux journaux différents", pour celui qui les lit tous les jours. Arlette, un peu plus loin, confirme : "J'ai peur que ce journal disparaisse. On va trouver quoi dedans ? Je ne veux pas du Maine Libre, cela ne m’intéresse pas. Ce que je comprends, c'est que c'est des histoires de gros sous, mais ce n'est pas là qu'il fallait cogner."

Les journalistes ont pour l'instant récolté plus de 2500 signatures contre les suppressions de postes et la mutualisation des contenus et des correspondants entre Ouest-France et le Maine Libre. - Radio France
Les journalistes ont pour l'instant récolté plus de 2500 signatures contre les suppressions de postes et la mutualisation des contenus et des correspondants entre Ouest-France et le Maine Libre. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Ces petites marques de soutien, au sein de la rédaction, font du bien au moral témoignent plusieurs salariés. Les signatures ont en plus l'intérêt de permettre aux journalistes de peser un peu plus dans la balance pour les négociations futures. "On sent qu'il y a du monde derrière, on se sent légitimes", explique Bertrand Jeanjean, au sein du groupe depuis 18 ans. "Grâce aux lecteurs on a plus de poids pour faire valoir nos arguments auprès de la direction."

La mobilisation des lecteurs, un attachement au pluralisme pour le collectif

Pour le représentant du collectif, cette mobilisation est aussi un signal en faveur du pluralisme de la presse. "C'est dans l’intérêt des sarthois d'avoir des organes de presse, qu'ils soient hebdomadaires, quotidiens, télé ou radio. Plus le panel est varié, plus ils pourront trouver les sujets qui leur correspondent et différents sons de cloches.

En plus de la pétition, les journalistes ont aussi monté une page Facebook de soutien. "Non à la fermeture des rédactions de Ouest-France en Sarthe" dépasse les 600 likes.