Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le Marché-Gare de Strasbourg devient payant pour les particuliers

mardi 25 octobre 2016 à 18:21 Par Lucile Guillotin, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les particuliers devront désormais payer pour faire leur courses au Marché- Gare de Strasbourg à partir du 15 novembre. L'entrée sera de 7 euros alors que c'était gratuit depuis 30 ans.

Les marchés d'intérêt national (ici à Brienne en Gironde) ne sont en général pas ouverts aux particuliers
Les marchés d'intérêt national (ici à Brienne en Gironde) ne sont en général pas ouverts aux particuliers © Maxppp -

Strasbourg, France

Mauvaise nouvelle pour les particuliers qui ont l'habitude de faire leurs courses au Marché-Gare surtout pendant les fêtes de Noël. L'entrée sera payante à partir du 15 novembre. Ils devront payer 7 euros alors que c'était gratuit depuis trente ans.

Favoriser le commerce de proximité dans le centre-ville

C'est le maire de Strasbourg qui l'a décidé. L'adjoint au tourisme et au commerce, Paul Meyer, s'en explique : "le seul endroit où on peut trouver une offre qualitative comparable à celle du Marché-Gare, c'est dans le centre ville de Strasbourg chez des petits producteurs et c'est ce que nous souhaitons soutenir : aller vers plus de commerce de proximité".

Cing grossistes du Marché-Gare accueillant des particuliers seraient impactés par cette décision et s'attendent à un manque à gagner non négligeable. Ils craignent même de devoir supprimer des emplois, surtout si la ville devait prendre des mesures encore plus restrictives l'année prochaine. Ce qui n 'est pas impossible.