Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le marché immobilier du Poitou bénéficie de l'effet post-confinement

-
Par , France Bleu Poitou

Dans les Deux-Sèvres comme dans la Vienne, les agences immobilières voient affluer les demandes de maisons avec jardin. Derrière ces projets d'achat, des urbains qui veulent changer de cadre de vie après deux mois de confinement en appartement.

Beaucoup de citadins veulent s'offrir une maison, et surtout un jardin, dans le Poitou après deux semaines confinés en appartement.
Beaucoup de citadins veulent s'offrir une maison, et surtout un jardin, dans le Poitou après deux semaines confinés en appartement. © Radio France - Aurélie Lagain

"On a eu 570 demandes de contact rien que sur ces trois dernières semaines." Virgile Taudière dirige l'agence immobilière Laforêt de Thouars qui fait partie d'un réseau de sept agences dans le Nord Deux-Sèvres. Toutes ont constaté le même phénomène : une augmentation significative des demandes d'achat avec souvent le même type de bien : une maison familiale avec jardin. " On est dans un secteur rural où de toute façon la grande majorité du marché ce sont des maisons avec jardin mais on a quand même une forte demande depuis le déconfinement ", poursuit Virgile Taudière. A Poitiers, en revanche, le marché est plus tendu : "Il y a une forte demande et il faut qu'on mette les produits en face", explique Gilles Thinon, directeur de l'agence Century 21. "On manque de produits sur Poitiers et sa région." L'agence Century 21 de Poitiers a déjà signé une dizaine de compromis de vente rien qu'au mois de juin.

Un effet post-confinement

Le profil des acheteurs est aussi souvent le même : des citadins, souvent Parisiens mais pas forcément, qui, après deux mois enfermés dans un appartement, ont décidé de changer de cadre de vie. " On a posé la question pour savoir si c'était des demandes liées à l'épisode Covid et on a eu quelques réponses 'oui oui on a besoin d'air' " explique Oriane Fayet, agent immobilier à Melle dans le sud des Deux-Sèvres. Son agence a enregistré 170 demandes depuis le début du confinement. Gilles Thinon a également vu quelques Bordelais prêts à faire un achat. Les locaux sont aussi nombreux à vouloir changer de bien immobilier. Il s'agit "de gens qui ont une maison de ville ou un appartement, qui ne veulent pas trop s'éloigner du centre-ville mais qui veulent un jardin." (...) Ils veulent de la verdure et des arbres", détaille Gilles Thinon. 

Quels que soient les acheteurs, l'objectif est le même : "Les gens se disent que si ça recommence, ils auront leur espace de verdure au calme", explique Gilles Thinon. Lui ne voit pas "un effet de mode" dans cette nouvelle demande : "Ce que je ressens, c'est une envie profonde."

L'inquiétude d'une "bulle" immobilière

Si tous les agents sont évidemment satisfaits de cette reprise dynamique du marché, ils se montrent aussi tous très prudents. "On fait attention à ne pas être dans la surenchère dans les estimations parce que _le risque c'est de se retrouver avec des prix qui montent avec la demande et créer une bulle des Parisiens avec des prix trop élevés pour les Poitevins et la bulle finirait par exploser "_, explique Gilles Thinon. "On est dans une ville qui plaît beaucoup mais il ne faut pas que ça fasse augmenter les prix. Ce serait un peu dangereux pour les années à venir."Il avertit aussi les Poitevins qui pensent pouvoir profiter de l'aubaine : "Les gens qui veulent vendre leur maison sur Poitiers vont attendre en pensant que les prix vont augmenter de façon significative dans quelques mois à cause de l'arrivée des parisiens et des bordelais. Je mets en garde là-dessus en leur disant que c'est le moment de vendre car on ne sait pas comment sera le marché dans six à huit mois."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess