Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le marché immobilier au beau fixe sur la Côte d'Azur

-
Par , France Bleu Azur

Les notaires azuréens l'affirment : avec des volumes de ventes en augmentation et des prix en hausse dans l'ancien, le marché immobilier sur la Côte d'Azur est au beau fixe. Seule ombre au tableau, la baisse des prix dans les logements neufs et des temps de transaction parfois longs.

L'immobilier est au beau fixe d'après les chiffres de la Chambre des notaires.
L'immobilier est au beau fixe d'après les chiffres de la Chambre des notaires. © Radio France - Laurent Vareille

Alpes-Maritimes, France

Tout va bien pour l'immobilier azuréen. La chambre des notaires a publié son état des lieux pour l'année 2019. Dans les appartements de plus de 10 ans, les volumes et les prix sont en hausse. Cagnes-sur-Mer, par exemple, affiche une augmentation de 2 % dans l'ancien. Le mètre carré dans ce secteur atteins désormais 4.020 euros. À Nice aussi, on enregistre du positif avec +1,6 % (3.720 euros/m²). 

Mais c'est dans le haut-pays que la hausse des prix est la plus forte. Dans les vallées, on frise les +16% pour les appartements, +7 % pour une maison. Des tarifs qui n'affectent pas le volume des transactions qui reste très bon. Il faut dire qu'avec moins de 1.500 euros le mètre carré, ces secteurs montagneux sont imbattables par rapport au littoral. "Quand une famille veut agrandir son logement et que ses moyens sont limités le calcul est rapide, explique Nicolas Meurot, président de la Chambre des notaires. Il n'y a pas photo ! Même si les trajets quotidiens sont longs et chers à cause des l'essence, le haut-pays est la solution pour avoir de la place.

Baisse des prix dans le neuf

En revanche, l'immobilier est moins à la fête sur les logements neufs. De base assez chers, leur prix a tendance à descendre. Cannes par exemple enregistre une baisse de 4,6 %. Idem pour Cagnes-sur-Mer. "Il faut dire que quand un logement a 11 ans et qu'il coûte 30 % moins cher qu'un neuf alors qu'il n'est pas réellement vieux, les acheteurs ont vite fait le calcul", avoue Nicolas Meurot. Conséquence, les transactions sont moins attractives et les prix baissent. 

Mais le neuf souffre aussi d'un problème récurrent : le nombre de recours en justice contre de nouveaux programmes immobiliers est très important. "C'est un réel problème qui bloque de très nombreux projets. De multiples lois ont certes été promulguées pour éviter des enlisements juridiques, mais ça ne suffit pas". 

Enfin, le temps des transactions est aussi assez long car dans cette embellie générale, les vendeurs ont tendance à surestimer leur bien qui met alors beaucoup de temps à se vendre. "Quand un logement est au juste prix, il part en trois, quatre mois, explique la FNAIM. Si on surestime, alors forcément ça ne part pas car les acheteurs ont désormais de très nombreux moyens de comparaison et connaissent de mieux en mieux le marché."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu