Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Le matériel d'Imperial Tobacco à Fleury vendu aux enchères sur Internet

vendredi 25 janvier 2019 à 5:34 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

Le site Imperial Tobacco à Fleury-les-Aubrais, dans le Loiret, a fermé en juin dernier, mais une grosse partie des machines, ustensiles et meubles font l'objet en ce moment d'une vente aux enchères sur Internet : pas moins de 855 lots ! Clap de fin de l'histoire de l'ex-Seita à Fleury.

Cette fois-ci, c'est vraiment le clap de fin pour l'histoire de la Seita à Fleury-les-Aubrais
Cette fois-ci, c'est vraiment le clap de fin pour l'histoire de la Seita à Fleury-les-Aubrais © Radio France - François Guéroult

Fleury-les-Aubrais, France

C'est la toute dernière page qui se tourne pour l'histoire de la Seita à Fleury-les-Aubrais. Le cigarettier britannique Imperial Tobacco (qui avait racheté l'usine en 2008) a officiellement quitté le site en juin dernier, l'activité avait en fait cessé dès 2017. En ce moment, une grosse partie du matériel de l'usine fait l'objet d'une vente aux enchères sur Internet, via le site spécialisé troostwijkauctions.com .

Pipettes, microscopes, spectromètres...

De nombreux ustensiles de laboratoires ayant appartenu à Imperial Tobacco sont en vente - Radio France
De nombreux ustensiles de laboratoires ayant appartenu à Imperial Tobacco sont en vente © Radio France - François Guéroult

855 lots sont ainsi mis en vente, certains sont spécifiques à l'activité du tabac - comme des machines très pointues - mais beaucoup sont susceptibles d'intéresser n'importe quel laboratoire :  des pipettes, des microscopes, des spectromètres, des centrifugeuses, du matériel de bureau... "C'est vrai que c'est assez spécial, reconnaît l'un des organisateurs de la vente. Quand on voit ce matériel, on comprend qu'il y a eu beaucoup d'activité sur le site, et que c'était une entreprise moderne. C'est un peu dommage de voir ça... A contrario, on peut se dire que cette opportunité-là, des gens vont la saisir pour récupérer du matériel : de grands groupes comme de petites sociétés, que ce soit en pharmacie, en cosmétique, en chimie... Il y a toujours une deuxième vie pour ce genre d'équipements. Oui, ça ferme, mais ça fera peut-être le bonheur de petites sociétés qui n'auraient pas pu investir dans des équipements pareils."

C'est l'appareil le plus coûteux mis en vente : un spectromètre de masse datant de 2016, tout neuf et qui n'a jamais servi (prix de départ de l'enchère : 15 000 €) - Radio France
C'est l'appareil le plus coûteux mis en vente : un spectromètre de masse datant de 2016, tout neuf et qui n'a jamais servi (prix de départ de l'enchère : 15 000 €) © Radio France - François Guéroult

Fin des enchères mercredi et jeudi

Il faut dire que les prix de départ sont attractifs : certains s'élèvent à seulement 10% de la valeur réelle des produits. Antoine Guian est le directeur général de SMTLAB, un laboratoire d'essais pour le textile, les jouets, la cosmétique... Son entreprise est basée à Lisses dans l'Essonne et emploie 20 salariés. Il s'est déplacé sur le site fleurissois pour se rendre compte : "Je suis venu pour regarder s'il y a des opportunités à saisir, témoigne-t-il sur France Bleu Orléans. Pour du matériel général, du matériel scientifique, du mobilier de laboratoire... J'ai pu constater que la Seita était vraiment très très bien équipée avec du matériel de qualité, donc il y a probablement des affaires à faire. Maintenant ce sont des enchères : il faut être assez vigilant et ne pas se laisser embarquer inutilement !"

Les enchères s'achèvent mercredi 30 ou jeudi 31 janvier selon les produits. C'est ainsi le clap de fin de l'histoire de la Seita à Fleury-les-Aubrais, d'autant que les projets de reprise de l'activité, même très partielle, ont tous capoté. Le site avait été créé par l'Etat en 1953, l'effectif était monté jusqu'à 300 salariés dans les années 60.