Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le mauvais coup de Nicolas Hulot pour les élus manchois des territoires à "énergie positive"

jeudi 26 octobre 2017 à 17:20 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin

Plusieurs territoires français ont répondu à un appel à candidature sous le précédent quinquennat : ceux qui ont été retenus devaient toucher d'importantes subventions. Mais le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, vient de changer les règles du jeu.

Nicolas Hulot revoit à la baisse le montant des subventions accordées aux territoires oeuvrant pour la transition énergétique.
Nicolas Hulot revoit à la baisse le montant des subventions accordées aux territoires oeuvrant pour la transition énergétique. © Maxppp - Christophe Petit Tesson

C'était il y a plus d'un an : une éternité en politique ! A l'époque, Ségolène Royal était ministre de l'Environnement. Et elle signait des conventions avec de nombreuses communes et intercommunalités, désormais baptisées "territoires à énergie positive pour la croissance verte".

En clair, des territoires sur lesquels les élus portaient des projets visant à réduire la consommation d'énergie, à favoriser des modes de déplacement doux ou à développer les énergies renouvelables. Ils devaient toucher à l'échelle nationale quelque 750 millions d'euros de subventions pour les aider à aller au bout de ces projets.

Des subventions amputées des deux tiers

Dans la Manche, plusieurs territoires ont été retenus, dont ceux qui composent aujourd'hui la communauté de communes Côte-Ouest Centre Manche. "Les différentes conventions signées par les communes et les ex-intercommunalités qui la composent portaient sur 2,5 millions d'euros de subvention", souligne l'actuel président Henri Lemoigne. Une somme importante liée aux très nombreux projets portés par ces collectivités. Seulement aujourd'hui, l'élu craint de voir ce montant réduit comme peau de chagrin.

Le ministre Nicolas Hulot a transmis aux préfets une circulaire informant de la baisse des crédits alloués, et dans des proportions impressionnantes. "On va passer de 750 millions à 400 millions d'euros", précise Henri Lemoigne, "rien que pour notre communauté de communes on va perdre 2/3 de l'aide promise".

Des projets abandonnés

Cette annonce est d'autant plus difficile à accueillir pour les élus, que plusieurs projets ont été engagés. "Nous allons être obligés d'en abandonner", se désole Henri Lemoigne, le président de l’inter-communauté. Et l'élu de dénoncer l'absence de respect de la parole de l'Etat qui met les collectivités dans des situations compliquées. Henri Lemoigne compte faire part de son incompréhension aux députés manchois dans les prochains jours.