Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le ministère du Travail autorise le licenciement des salariés protégés de Whirlpool Amiens

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Le ministère du Travail autorise le licenciement des représentants syndicaux ou délégués du personnel de l'ex-usine de sèche-linge Whirlpool d'Amiens. L'inspection du travail avait pourtant refusé l'été dernier le licenciement de ces salariés dit protégés.

Une trentaine de salariés protégés sont concernés
Une trentaine de salariés protégés sont concernés © Radio France - Rosalie Lafarge

Amiens, France

Le ministère du Travail autorise le licenciement des salariés protégés (représentants syndicaux ou délégués du personnel) de l'ex-usine de sèche-linge Whirlpool d'Amiens, considérant que le motif économique est établi

L'inspection du travail a dit l'inverse

Cette décision va à l'encontre de celle de l'inspection du travail, qui avait refusé, à l'été 2018 leur licenciement, considérant que ce motif n'était pas avéré. Dans une lettre transmise à l'un des salariés concernés en date du 10 mai que l'Agence France Presse (AFP) a consultée, la direction générale du Travail estime que "l'employeur démontre l'existence de menaces concrètes et tangibles pesant sur la compétitivité du groupe Whirpool (...) nécessitant une réorganisation de l'entreprise".

L'avocat des ex Whirlpool Fiodor Rilov

Un recours devant le tribunal administratif

Pour l'avocat des ex-salariés de Whirlpool, maître Fiodor Rilov, cette décision est "totalement consternante". Et de poursuivre : "L'inspecteur du travail et même la Direccte qui avait fait une enquête approfondie étaient arrivés à la conclusion qu'il n'y avait pas de justification économique". L'avocat indique qu'il va saisir "sans délai le tribunal administratif pour contester cette décision de Muriel Pénicaud".