Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le ministère du Travail refuse que la RATP licencie un de ses employés militant à la CGT

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le licenciement d'un élu CGT de la RATP, que la régie voulait révoquer depuis l'an dernier, a été refusé par le ministère du Travail ce vendredi, selon un communiqué de la CGT.

La CGT RATP avait manifesté le 17 septembre pour empêcher la révocation d'Alexandre, élu CGT.
La CGT RATP avait manifesté le 17 septembre pour empêcher la révocation d'Alexandre, élu CGT. © Maxppp - Maxppp

C'est une victoire pour la CGT. Le ministère du Travail a refusé ce vendredi le licenciement d'un élu CGT de la RATP, que la régie du métro parisien voulait révoquer depuis l'an dernier. Après un premier refus de l'inspection du travail en novembre, selon le syndicat vendredi. Secrétaire d'un des comités sociaux et économiques (CSE) de la RATP, ce militant CGT s'était vu reprocher des blocages d'un dépôt de bus à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), fin 2019, pendant la grève contre la réforme des retraites. 

La régie parisienne l'avait aussi poursuivi pour comportement agressif vis-à-vis de sa hiérarchie et non-respect des gestes barrières contre le Covid-19, à la fin mai 2020. "Alexandre El Gamal n'est pas coupable des faits qui lui sont reprochés par sa direction locale. Dans une démocratie moderne, on ne licencie pas pour fait de grève et encore moins sur des accusations non fondées", a souligné la CGT-RATP dans un communiqué.  

"Le combat continue"

Après "cette nouvelle décision" rejetant sa révocation, le syndicat "met en garde la direction contre un acharnement à l'encontre" de cet élu "en utilisant le dernier recours à sa disposition, le tribunal administratif". "Il est temps de mettre un terme à la répression syndicale dans l'entreprise à l'encontre notamment des élus et des dirigeants de notre organisation syndicale", ajoute la CGT-RATP.

De son côté, la direction de la régie "prend acte de cette décision du ministère du Travail", a indiqué à l'AFP un porte-parole du groupe. "La décision du ministère montre qu'on n'était pas dans le faux. C'est une belle victoire de toute la CGT, de tout le corps militant, un message fort pour tous les militants du terrain", a déclaré à son tour à l'AFP M. El Gamal, saluant "le soutien interprofessionnel" et "des collègues du dépôt" reçu depuis l'an dernier.  

Mais "le combat continue" pour soutenir un autre élu CGT-RATP, Ahmed Berrahal, menacé de licenciement, a-t-il ajouté. Référent harcèlement dans l'entreprise et secrétaire d'une de ses commissions santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT), M. Berrahal s'est défendu la semaine dernière en conseil de discipline contre des accusations de harcèlement moral à l'égard d'un autre agent. 

La direction ayant décidé depuis de licencier M. Berrahal, ce dossier doit être examiné en juin en CSE, puis soumis à l'inspection du travail, compte tenu du mandat de représentant du personnel de ce militant CGT.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess