Économie – Social

Le ministre australien de la Défense à Cherbourg

Par Delphine Evenou, France Bleu Cotentin vendredi 24 avril 2015 à 9:04

dcns cherbourg
dcns cherbourg © Jean-Yves Desfoux / MaxPPP

Kevin Andrews est à Cherbourg ce vendredi pour visiter le site de DCNS. Un contrat de 36 milliards d'euros est en jeu. La marine australienne a lancé un appel d'offres pour 12 sous-marins.

Le mois dernier,l'Australie a lancé un appel d'offres pour renouveler sa flotte de sous-marins de la classe Collins, soit 12 bateaux océaniques de 15 tonnes. Kevin Andrews, le ministre australien de la Défense , a profité d'une visite de commémoration de la Première Guerre mondiale en Europe (l'Anzac Day, célébré le 25 avril, pour commémorer la bataille sanglante des Dardannelles) pour parler affaires.

Visite confidentielle

Il a rencontré ce jeudi son homologue français Jean-Yves Le Drian . Le contenu de leurs discussions est resté confidentiel. Ce sera la même chose pour la visite cherbourgeoise . La direction et les syndicats de DCNS restent très discrets pour ne pas perturber les négociations en cours , car l'Allemagne aussi est dans la compétition. Le contrat s'élèverait à 50 milliards de dollars australiens , soit 36 milliards d'euros. C'est le plus important programme d'acquisition de l'histoire de la marine australienne.

Une filiale de DCNS dans la capitale australienne

Depuis son arrivée l'été dernier, Hervé Guillou, le nouveau PDG de DCNS, mène une stratégie offensive pour renforcer les relations avec l'Australie. Par exemple, une filiale a été installée à Canberra, la capitale australienne, en novembre 2014. C'est aussi Hervé Guillou qui est à l'origine de cette visite du site de DCNS.

Si le groupe décroche ce contrat, seuls un ou deux sous-marins seront assemblés à Cherbourg . Le reste se fera en Australie par transfert de technologies.

Actuellement, six sous-marins de type Scorpène sont en construction en Inde, quatre au Brésil. Par ailleurs, DNCS est toujours en lice pour construire deux-sous marins à destination de la Pologne, mais l'Allemagne est un concurrent sérieux.