Économie – Social

Le ministre de l'Economie visite la PME vendéenne qui va révolutionner le monde du béton

Par Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan vendredi 19 août 2016 à 4:00

Tout le personnel d'Argilus a été rappelé pour accueillir le ministre de l'Economie
Tout le personnel d'Argilus a été rappelé pour accueillir le ministre de l'Economie © Radio France - Emmanuel Sérazin

Le ministre de l'Economie débarque en Vendée ce vendredi matin. Emmanuel Macron va notamment visiter la société Argilus. Car cette PME a mis au point une invention qui pourrait rapporter des milliards d'euros à l'économie française.

Ce devait être la semaine la plus calme de l'année pour le PDG d'Argilus, ce sera finalement la plus agitée ! A la veille du 15 août, Julien Blanchard a reçu un appel lui annonçant que le ministre de l'Economie souhaitait visiter son entreprise installée à Chaillé-sous-les-Ormeaux, près de la Roche sur Yon. Emmanuel Macron y est attendu ce vendredi matin à 10h30 précises. En urgence, le patron a du rappeler tous les salariés partis en vacances, répondre aux demandes des services de sécurité, et trouver tout le matériel nécessaire pour accueillir le ministre dans de bonnes conditions. Le barnum a été installé hier soir, par une société basée à Angers. Impossible de trouver plus près en plein coeur du mois d'août...

Une révolution écologique... et économique !

Dès le mois d'avril, France Bleu Loire Océan vous annonçait la révolution qui se trame dans cette discrète entreprise d'une quinzaine de salariés. Avec l'ingénieur David Hoffman, Julien Blanchard a mis au point un ciment à base d'argile, baptisé HP2A. Ce liant présente deux énormes avantages comparé au ciment "classique" : il est recyclable, et surtout, il permet de fabriquer du béton avec n'importe quel sable, contrairement au ciment-calcaire compatible uniquement avec des sables dits nobles. Quand on sait qu'il se coule 100 tonnes de béton par seconde à travers le monde, on comprend vite l'enjeu économique de cette innovation.

Des CV... d'espions ?

Quand Argilus a rendu public sa découverte, la nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre. En quelques jours, notre article a été repris plus de 150 000 fois. La PME vendéenne a reçu des sollicitations de toute l'Europe, mais aussi d'Asie et d'Amérique du Sud. Tous les grands cimentiers l'ont contactée, certains n'hésitant pas à débarquer directement au siège de Chaillé-sous-les-Ormeaux. Et dans la foulée, le bureau de Julien Blanchard a été envahi par les candidatures spontanées : il possède aujourd'hui trois classeurs complets de CV. Et quand il épluche les profils, l'entrepreneur se rend compte que certains candidats ont des compétences et des carrières de très haut-niveau. De là à penser que l'industrie du ciment-calcaire cherche à faire entrer un loup dans la bergerie, il n'y a qu'un pas... que Julien Blanchard se garde bien de franchir, rappelant que son innovation fait l'objet d'un brevet mondial. Et sans doute aussi de beaucoup d'appétits...