Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le mois sans supermarché vous connaissez ? Le défi est en cours région PACA

jeudi 15 février 2018 à 17:41 Par Nina Valette, France Bleu Provence

Depuis le début du mois de février, un défi est en cours dans toute la France, c'est le mois sans supermarché. Le challenge vient de Suisse. L'objectif des organisateurs est de prouver qu'il est possible de consommer moins cher et des produits locaux.

Chez Localizz à Aix-en-provence, les produits viennent tous de la région PACA.
Chez Localizz à Aix-en-provence, les produits viennent tous de la région PACA. © Radio France - Nina Valette

Aix-en-Provence, France

Après le mois sans tabac, c'est autour du mois sans supermarché de voir le jour. Le défi arrive de Suisse grâce aux réseaux sociaux. Il rassemble déjà plus de 20 000 participants

Ce n'est pas un boycotte des supermarchés - Elsa Pereiras à l'initiative du défi dans la région PACA 

L'idée des organisateurs est de faire évoluer les mentalités, surtout pas de boycotter les supermarchés comme l'explique Elsa Pereiras à l'initiative de projet dans la région PACA : "Je n'ai pas la prétention de croire que je vais changer le monde. Loin de là. Mais si je peux faire évoluer les choses dans certaines familles c'est déjà ça." 

Cette habitante de Bouc-Bel-Air a d'ailleurs créé sa société de cosmétique. C'est un état d'esprit chez elle. Consommer locale, c'est possible à 99% pour cette mère de famille. 

L'alimentation mais pas seulement

Dans chaque région, les groupes Facebook sont des relais entre participants. L'objectif est de partager des conseils, des bons plans, une adresse sympa, ou encore trouver une communauté solidaire. 

"Pour ne pas craquer, c'est un peu comme la cigarette, il ne faut pas arrêter du jour au lendemain_. C'est par palier. D'abord ne plus acheter les fruits et les légumes dans une grande surface. Puis après les cosmétiques. Les produits ménagers etc.  Mais bien sûr qu'il y a toujours des choses à acheter en grande surface. Et encore, il est possible d’opter pour du recyclage "_explique Elsa Pereiras.

Ça coûte vraiment moins cher ? 

Pour les participants, pas de doute ça coûte moins cher. Mais pas forcement pour les raisons que l'on croit. " Même si les produits coûtent un peu plus cher chez le producteur par exemple, il n'y a pas la tentation, pas d'achats superflus" souligne Elsa Pereiras 

Chantal une habituée des grandes surfaces n'est pas du même avis. "Je suis au chômage, alors je compte chaque euro. Et je peux vous assurer que le lait, les œufs ou les légumes sont plus chers chez les producteurs locaux. Puis les quelques centimes de moins, partent dans le carburant pour multiplier les points de vente " lance la mère de famille.

Un compromis possible ? 

Pour Olivier Darold, il existe un compromis : Localizz. Sa société joue le rôle d’intermédiaire entre 150 producteurs et les clients. "Pas besoin de multiplier les kilomètres, c'est bon pour la planète et donc le porte-monnaie" souligne Olivier avant de rajouter " puis chez nous, pas de tomate en hiver". 

Les tomates dans les grandes surfaces en plein moi de février c'est un scandale pour Elsa Pereiras  - Radio France
Les tomates dans les grandes surfaces en plein moi de février c'est un scandale pour Elsa Pereiras © Radio France - Nina Valette