Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Le mouvement des gilets jaunes commence à inquiéter sérieusement les commerçants dans l'Yonne

mercredi 5 décembre 2018 à 19:07 Par Denys Baudin et Delphine Martin, France Bleu Auxerre

Alors qu'on se dirige vers un quatrième samedi de mobilisation, en dépit des annonces du premier ministre cette semaine, les professionnels s'interrogent sur la tournure que vont prendre les événements.

Centre-ville d'Auxerre
Centre-ville d'Auxerre © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

Une inquiétude qui touche notamment les zones commerciales qui se trouvent en périphérie des principales villes de l'Yonne (les Clairions à Auxerre, la zone de Monéteau, la zone Auchan de Sens). Ce sont ces secteurs qui ont été principalement visés par les manifestants pour les blocages.  

"Ce qui nous fait le plus peur, c'est l'appel à la grève des routiers" - Alexandre vendeur chez Devred

En centre ville aussi, même s'il y a eu moins de blocages, il y a eu des conséquences sur les commerces comme en témoigne Alexandre, vendeur chez Devred, enseigne de vêtements pour hommes, à Auxerre : "on a eu des retards de livraison les samedis parce que les transporteurs étaient bloqués , eux ou leur maison mère. _On a eu des décalages_. Ce qui nous fait le plus peur c'est l'appel à la grève des routiers qui commencera dimanche soir à 20 heures . Donc pour les livraisons et l'approvisionnement ce sera critique sur une période de Noël où on fait une grande partie de notre chiffre  d'affaire avec les soldes. C'est l'inconnue. On fera face comme on pourra."

C'est l'inconnue

   - Maxppp
© Maxppp - photo d'illustration

"On sent nos clients inquiets" - Sylvie, de la boutique "Alain Ginestet"

Et ça tombe au plus mauvais des moments  selon Sylvie de Bono, du magasin de vêtements pour femme "Alain Ginestet" à Auxerre : "on sent nos clients inquiets. Les gens viennent en centre-ville. Ils découvrent nos jolies décorations. On a fait énormément de travail avec le collectif du Temple pour _inviter les clients à entrer dans le centre-ville_. C'est très beau et festif. Il faut maintenant que les personnes aient l’esprit un peu plus libre par rapport à l'actualité. On redoute toujours un durcissement de toutes ces actions des routiers, des lycéens. On parle de français qui ne sont pas bien en ce moment et qui manquent de pouvoir d'achat. Cela couve depuis fort longtemps et les gens sont à bout."

On redoute un durcissement

  • Des inquiétudes dont on reparlera ce jeudi 6 décembre à 7h50 sur France Bleu Auxerre avec Daniel Libolt, gérant de cinq magasins aux Clairions à Auxerre, qui emploie soixante personnes et qui souffre beaucoup depuis le 17 novembre.