Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le nombre d'appels au 115 en hausse dans les Pyrénées-Atlantiques

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

Les températures baissent depuis quelques jours, le mercure descend en dessous de zéro toutes les nuits dans les Pyrénées-Atlantiques. Cela provoque une hausse du nombre d'appels reçus par le 115, le numéro qui reçoit les demandes d’hébergement d'urgence.

Un centre d'appel du 115 (image d'illustration)
Un centre d'appel du 115 (image d'illustration) © Maxppp - CPT

Pyrénées-Atlantiques, France

L'hiver s'installe sur les Pyrénées-Atlantiques. Le mercure descend en dessous de zéro toutes les nuits. Evidemment, c'est très difficile pour ceux qui sont à la rue. En ce moment, le 115, le numéro qui gère les appels d'urgence, loge plus de 200 personnes chaque soir dans le département. D'autres places pourront être ouvertes si le plan grand froid est déclenché, c'est à dire si les températures descendent en dessous de -5/-10 degrés dans la journée. Le numéro d'urgence répond 24 heures sur 24, toute l'année. Près de 1.500 personnes l'ont composé l'hiver dernier, et le nombre d'appels d'urgence augmente chaque année depuis au moins trois ans. Cette année ne fait pas exception.

Le nombre d'appel a augmenté de 9%

Les lits sont quasiment tous occupés en ce moment explique Fabien Tuleu, le directeur de l'Ogfa, l'organisme de gestion des foyers amitiés, qui s'occupe du 115 : "On note depuis le début du plan hivernal une augmentation de 9% des appels par rapport à décembre l'année dernière. C'est une augmentation assez classique, on verra à la fin de l'hiver si la tendance se confirme ou si elle se stabilise. On constate aussi plutôt un bon remplissage des hôtels, voire une saturation quelques soirs, et on avait encore un petit peu de marge sur les accueils de nuit ou les structures collectives". 

Plus il fait froid, plus les personnes isolées à la rue s'organisent pour quitter leurs squats - Fabien Tuleu

"Par expérience, on sait que plus il fait froid, plus les personnes isolées à la rue s'organisent pour quitter leurs squats et rejoignent les abris, détaille-t-il. La gestion d'un squat, c'est à dire les lieux où ils dorment, est très codifiée et réglementée, on ne l'abandonne pas comme ça lorsqu'on est à la rue. Donc les personnes les quitteront au fur et à mesure que les températures baisseront". 

Comme chaque année, le plan hivernal a été renforcé dans les Pyrénées-Atlantiques. 148 places d'hébergements d'urgence sont disponibles toute l'année dans le département, dont 93 en Béarn. Et d'autres sont disponibles en cette période de froid. Le plan hivernal prévoit d'ouvrir 86 places supplémentaires, dont 36 en Béarn. Cela représente au total 38 places de plus que l'an dernier. 

Si les températures descendent en dessous de -5/-10 degrés en journée, le plan grand froid sera activé, et 30 places supplémentaires de mises à l'abri seront ouvertes. En clair, pour Pau, des lits de camp dans le gymnase du Hédas. 

L'hiver dernier, la préfecture a enregistré plus de 11 000 nuitées d'hébergement, c'est 23% de plus que l'année précédente.