Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le nombre des apprentis du bâtiment en hausse dans les Vosges

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

495 jeunes sont inscrits au centre de formation des apprentis d'Arches dans les Vosges. Une hausse des effectifs de 20% sur un an. Malgré tout, les métiers du bâtiment souffrent toujours d'une mauvaise image et de nombreux secteurs manquent de main-d'oeuvre.

Le CFA d'Arches dans les Vosges
Le CFA d'Arches dans les Vosges © Radio France - Hervé Toutain

Près de 500 000 contrats d'apprentissage ont été signés l'année dernière au niveau national. Une hausse record de 40% par rapport à 2019, due essentiellement à la prime mise en place pour inciter les entreprises, notamment les PME à recruter malgré la crise. Une aide de 5000 euros pour un mineur et de 8000 euros pour un majeur. Ce qui rend quasi nul le coût de la première année.

"Avant les primes, les bons chiffres de l'apprentissage s'expliquent par l'engagement sur l'avenir des chefs d'entreprise" souligne Cyrille Bastien directeur du CFA d'Arches qui parle d'investissement à long terme. Une situation malgré tout a nuancer. "Les métiers du bâtiments souffrent toujours d'une mauvaise image et d'un manque d'attractivité", poursuit Jean-Michel Barbier président de la fédération du bâtiment des Vosges. La main d'oeuvre qualifiée manque ainsi dans de nombreux secteurs.

Pour attirer les jeunes des campagnes régulières comme "la semaine de l'apprentissage" sont lancées. Le plan gouvernemental "1 jeune 1 solution" est également un vecteur de reconnaissance auprès des populations déscolarisées ou en difficulté. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess