Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le patron d'Airbus appelle à la réouverture des frontières au plus vite et n’exclut pas des licenciements

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le PDG d’Airbus Guillaume Faury lance ce mardi un appel pour le rétablissement de la libre circulation des personnes en Europe pour relancer le trafic aérien et la filière aéronautique. Pour lui, il faut que les avions revolent pour "limiter la casse" dans le secteur aérien.

Le patron d'Airbus Guillaume Faury appelle à la relan,ce du trafic aérien pour sauver la filière aéronautique
Le patron d'Airbus Guillaume Faury appelle à la relan,ce du trafic aérien pour sauver la filière aéronautique © Maxppp - GUILLAUME HORCAJUELO

Invité de France 2 et de franceinfo ce mardi, le président exécutif d’Airbus Guillaume Faury réclame des "décisions politiques" pour le rétablissement de la libre circulation des personnes en Europe et au-délà pour relancer le trafic aérien et le secteur aéronautique alors que la plupart des avions est clouée au sol depuis deux mois.

Rouvrir Orly et relancer le trafic aérien

"Nous pensons que les conditions sont prêtes pour que cette ouverture se fasse en Europe, et rapidement à l’été vers le reste du monde. _Cela permettra aux compagnies aériennes de reprendre leur activité, de ne pas avoir de dommages trop durables_, et donc à tout le secteur aéronautique qui représente des centaines de millier d’emplois en France de limiter l’impact." plaide Guillaume Faury

Les frontières extérieures de l'UE sont fermées depuis le 17 mars. Pour les frontières intérieures, Paris espère un assouplissement des restrictions aux frontières à partir du 15 juin, a affirmé mardi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. 

Guillaume Faury - président exécutif d’Airbus - "la situation est grave"

Avec les mesures sanitaires mises en place dans les aéroports et les avions,_"on est prêts maintenant, on a besoin de décisions politiques"_, plaide Guillaume Faury, appelant à une "reprise des vols rapide pour éviter des dommages trop profonds sur les compagnies aériennes et donc un impact trop durable sur le secteur aéronautique et des sociétés comme Airbus."

"Il faut vite vite vite retrouver le trafic aérien en Europe, et par exemple l’ouverture d’Orly à la fin du mois de Juin, _ou la circulation libre entre la France , l’Allemagne, la Hollande, l’Italie. Des choses très simples et pragmatiques, mais qu_’il faut maintenant très vite décider."

Des licenciements ? "On regarde toutes les solutions"

De la reprise rapide ou non du trafic aérien dépendront les conséquences industrielles et sociales pour Airbus qui a déjà réduit d'un tiers ses cadences de production, a-t-il expliqué. 

On parle de limiter la casse, parce que les dommages sont déjà très importants 

"Quand on perd 30 ou 40% de son activité, ce qui est très important c'est de comprendre combien de temps ça va durer et quelles sont les meilleures solutions à mettre en œuvre. Aujourd'hui on est en train de regarder toutes les solutions, il faut être très clair", a-t-il détaillé. 

"C'est une menace existentielle pour notre secteur, on regarde ce qu'il va falloir faire pour s'adapter", a-t-il affirmé alors qu'il était interrogé sur d'éventuels licenciements chez l'avionneur européen. "Personne ne peut rien exclure aujourd'hui tellement la situation est grave, il faut être honnête", a-t-il ajouté. 

Airbus emploie 135.000 personnes, très majoritairement en Europe, dont 40 000 salariés en région toulousaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess