Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le patron d'Airbus prépare les salariés au pire, à cause du coronavirus

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Dans un courrier envoyé au personnel, Guillaume Faury estime qu'une nouvelle baisse de production est possible d'ici "deux à trois mois", avec des conséquences sociales, à cause de l'ampleur de la crise du coronavirus. Selon lui, c'est l'existence même d'Airbus qui est menacée.

Un tronçon d'A321 (illustration)
Un tronçon d'A321 (illustration) © Maxppp - Franck Dubray

Le président exécutif d'Airbus avertit les salariés, dans une lettre qu'il leur adresse ce lundi 27 avril. Guillaume Faury estime que de nouvelles mesures de réduction de la production d'avions sont possibles d'ici "deux à trois mois" face à la "magnitude" de la crise du coronavirus.

"En seulement quelques semaines, nous avons perdu environ un tiers de notre activité (...) Et, franchement, nous devons nous préparer à ce que cela puisse encore empirer", écrit le dirigeant.

Notre trésorerie diminue à une vitesse sans précédent, ce qui peut menacer l'existence même de notre entreprise

Début avril, le constructeur européen, dont le siège est à Toulouse, avait annoncé une réduction de sa production d'environ un tiers pour s'adapter à la demande en repli. L'épidémie de Covid-19 cloue les avions au sol, et met des compagnies aériennes en grande difficulté. Airbus entend conserver l'actuel planning de production pendant deux à trois mois, le temps "de finaliser notre évaluation de la situation et d'en tirer les conséquences".

L'existence d'Airbus menacée ?

Airbus doit annoncer mercredi matin les résultats financiers du groupe pour le premier trimestre. Les chiffres s'annoncent délicats. "Notre trésorerie diminue à une vitesse sans précédent, ce qui peut menacer l'existence même de notre entreprise. C'est pourquoi nous avons agi rapidement pour obtenir des lignes de crédit supplémentaires à hauteur de 15 milliards d'euros" explique Guillaume Faury dans ce courrier. Il ajoute que cette somme permettait d'apporter "la flexibilité et le temps nécessaires pour adapter et redimensionner notre activité".

Airbus a déjà annoncé en mars avoir obtenu une nouvelle ligne de crédit pour porter ses liquidités disponibles à 30 milliards d'euros.

Sur le plan social, "nous devrons peut-être aussi prévoir des mesures de plus grande envergure à cause de l'ampleur de cette crise et de sa durée probable" prévient le président exécutif. Guillaume Faury rappelle aussi que l'avionneur avait recours à "toutes les mesures RH" et au chômage partiel dans plusieurs pays.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess