Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le personnel des urgences de l'hôpital de Beauvais en grève

-
Par , France Bleu Picardie

Le personnel des urgences de l’hôpital de Beauvais, dans l'Oise, est en grève pour protester contre le manque de moyens. Un mouvement lancé il y a un mois dans les hôpitaux parisiens.

Le personnel des urgences de l'hôpital de Beauvais est en grève depuis lundi (image d'illustration)
Le personnel des urgences de l'hôpital de Beauvais est en grève depuis lundi (image d'illustration) © Maxppp - Luc Nobout

Beauvais, France

Soignants et administratifs se relaient depuis lundi soir sur leur temps de repos pour distribuer des tracts aux patients et à leurs accompagnateurs devant l’hôpital de Beauvais. Le personnel continue à travailler, car sans eux l'accueil aux urgences ne serait plus assuré. Le service reçoit 180 à 200 personnes par jour, pour près de 80 salariés. 

Les personnels sont à l'os, l’hôpital public est à l'os - Eric Couq, secrétaire de la CGT

La plupart des patients attendent 4 à 6 heures pour être soigné, jusqu'à 10 ou 12 heures pour certains. Les organisations syndicales, Force Ouvrière et la CGT, ont déposé un préavis de grève illimitée pour demander plus de personnel, en particulier la nuit explique Eric Couq, secrétaire de la CGT à l'hôpital de Beauvais : "ce mouvement a été lancé par les personnels des urgences pour obtenir une sixième infirmière la nuit, une aide-soignante en plus et des agents administratifs et d'accueil, ainsi qu'un agent de sûreté la journée car les agents sont de plus en plus victimes d'incivilités et d'agressions. Les personnels sont à l'os, l’hôpital public est à l'os. Il va falloir changer complètement la politique actuelle de fermeture de services, de lits et de restrictions de personnel". 

La direction s'est engagée à créer un poste d'aide soignant de nuit, en recrutant 3 personnes. Pour le poste d'infirmier, elle compte réorganiser le service pour qu'il y en ait un sixième la nuit. Un "agent de convivialité", c'est à dire une sorte de médiateur chargé de calmer les tensions en salle d'attente, devrait aussi être embauché dans le service.