Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le personnel des urgences de Saint-Malo dénonce ses conditions de travail

lundi 14 janvier 2019 à 18:53 Par Céline Guétaz, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Des locaux sous-dimensionnés, des aides-soignants et infirmiers surmenés, des malades qui doivent patienter trop longtemps dans les couloirs : les personnel des services des urgences de Saint-Malo ont manifesté lundi devant leur hôpital pour dénoncer leurs conditions de travail.

Aides-soignants, infirmiers et médecins du service des urgences de Saint--Malo étaient mobilisés
Aides-soignants, infirmiers et médecins du service des urgences de Saint--Malo étaient mobilisés © Radio France - Céline Guétaz

Saint-Malo, France

"Le service des urgences de Saint-Malo a été conçu en 2001 pour 20.000 patients par an, nous sommes aujourd'hui à 40.000 patients, et nous n'avons pas vraiment plus de moyens" : voilà ce que dénoncent les médecins et le personnel du service. Ils sont une quarantaine ce lundi matin rassemblés devant l'hôpital. Un mouvement de grève reconductible est lancé, et les personnels mobilisés distribuent des tracts aux automobilistes. 

Parmi les manifestants, il y a le chef de service des urgences, le docteur Philippe Zemmouche : "Nos locaux ne sont plus adaptés. Il y a aussi des problèmes d'organisation, avec des patients qui restent trop longtemps dans les couloirs ou dans nos services avant d'être transférés". Le médecin évoque aussi "des tâches supplémentaires données à du personnel soignant". 

On est épuisé physiquement, on a vraiment besoin d'être plus nombreux pour assurer le service" - Frédérique, aide-soignante

Frédérique est aide-soignante depuis 26 ans dans ce service. Elle travaille de nuit "trop souvent, je dois effectuer des tâches de brancardier". L'aide soignante estime que le service manque de moyens : "Nous avons deux postes et demie. Il y a des nuits où nous sommes trois, d'autres où nous sommes deux, comme si on pouvait décider des jours où on va avoir plus de malades !

Une pétition de soutien est proposée aux automobilistes - Radio France
Une pétition de soutien est proposée aux automobilistes © Radio France - Céline Guétaz

Les automobilistes soutiennent les manifestants : "franchement je leur tire mon chapeau"

Parmi les automobilistes, nombreux à signer la pétition proposée par les manifestants, il y a cette malouine : "Je comprends tout à fait leur fatigue, mon papa est arrivé vendredi au service des urgences, il est resté plusieurs heures à attendre et aujourd'hui, lundi, il devrait être en service de neurologie, mais il n'a toujours pas été transféré. Franchement je tire mon chapeau aux équipes pour leur travail dans ces conditions". 

Une quarantaine de personnes étaient rassemblées devant l'hôpital de Saint-Malo - Radio France
Une quarantaine de personnes étaient rassemblées devant l'hôpital de Saint-Malo © Radio France - Céline Guétaz

La direction va faire des propositions jeudi 

Le directeur de l'hôpital de Saint-Malo, Arnaud Guyader, reconnait que les conditions de travail sont difficiles, notamment en hiver où il y a plus de patients âgés au service des urgences. Il rappelle que le déficit de l'hôpital est important mais il va faire des propositions jeudi lors d'une rencontre avec les syndicats. 

Il va proposer notamment le renfort d'une personne la nuit, et quelques travaux d'aménagement. Il estime aussi que la fusion avec les hôpitaux de Cancale et de Dinan va permettre d'améliorer les choses : "le fait de mutualiser les équipes, même en pénurie, va permettre d'améliorer les choses au niveau des plannings et de limiter ainsi le nombre de médecins urgentistes intérimaires"