Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le petit marché de l'art de l'hôpital Montfavet, espace de liberté pour changer de regard sur la maladie

dimanche 3 juin 2018 à 12:45 Par Charlotte Lalanne-Labeyrie, France Bleu Auxerre et France Bleu Vaucluse

Le petit marché de l'art exposait ce week-end les œuvres de l'atelier Marie Laurencin de l'hôpital psychiatrique de Montfavet, à Avignon. Il associe depuis 30 ans des peintres et sculpteurs, dont certains sont soignés au centre hospitalier.

Sculptures exposées au petit marché de l'art de l'hôpital de Montfavet
Sculptures exposées au petit marché de l'art de l'hôpital de Montfavet © Radio France - Charlotte Lalanne

Avignon, France

De l'art pour aller mieux, c'est le pari de l'atelier Marie Laurencin, fondé il y a 30 ans au cœur du centre hospitalier spécialisé de Montfavet (CHS). Il réunit des patients de l’hôpital et des peintres et sculpteurs amateurs. Quelque 250 personnes fréquentent cet atelier chaque semaine. Leurs œuvres étaient exposées ce samedi au petit marché de l'art dans l'une des cours du CHS.  

Le petit marché, "espace de libertés"   

Pour certains, il faut passer le trac des premiers visiteurs, accepter de dévoiler une partie de soi à travers ses créations. Pas facile au début pour Pascale. Elle sculpte à l'atelier Marie Laurencin depuis 10 ans : "J'ai eu beaucoup de mal à les exposer, maintenant ça va mieux. C'est une thérapie."

"De voir que ce qu'on a fait peut toucher quelqu'un, c'est un cadeau." - Pascale, sculptrice

"Créer, c'est une thérapie" - Pascale, sculptrice à l'Atelier Marie Laurencin

Pascale a vendu la quasi totalité de ses œuvres, un soulagement et une manière "d'apprendre à lâcher prise" estime-t-elle, et à en croire Elsa, l'une des visiteuses, ça se voit : "On sent que c'est un espace de libertés ici, dont les gens se saisissent pour exprimer pleins de choses."  

S'exprimer et se débarrasser des étiquettes, c'est très important pour Natalia, qui montre ses dizaines de tableaux, essentiellement des nus féminins.  Exposer ses peintures, c'est "une vraie reconnaissance" confie-t-elle. 

Natalia, peintre à l'atelier Marie Laurencin du Centre hospitalier spécialisé de Montfavet - Radio France
Natalia, peintre à l'atelier Marie Laurencin du Centre hospitalier spécialisé de Montfavet © Radio France - Charlotte Lalanne

Reportage au petit marché de l'art au Centre hospitalier spécialisé de Montfavet

"Quand on a des troubles psychologiques, qu'on ne trouve pas sa place en société, ça montre qu'on n'est pas complètement nul, on sait faire quelque chose..."  - Natalia, peintre

David, l'un des peintres de l'Atelier Marie Laurencin, devant ses tableaux - Radio France
David, l'un des peintres de l'Atelier Marie Laurencin, devant ses tableaux © Radio France - Charlotte Lalanne

De quoi faire un peu changer le regard du grand public sur la maladie, c'est l'une des vertus de cet atelier et de ces expositions.  Mireille les encadre depuis des années en tant qu'infirmière à l’hôpital : "Pour certaines personnes, ça change leur statut complètement. On a même un monsieur, qui a été longtemps hospitalisé ici, qui nous a dit un jour : il faudrait que vous me fassiez une carte d'identité, pour dire aux gens que je rencontre que je ne suis pas le schizophrène de Montfavet, mais artiste peintre à l'atelier Marie Laurencin."

"Ces œuvres ne sont pas des symptômes exposés mais des oeuvres d'art à part entière" Mireille, infirmière encadrante de l'Atelier Marie Laurencin