Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le plan du zoo d'Amnéville pour rouvrir après l'épidémie de coronavirus

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Le zoo d’Amnéville est prêt pour une réouverture, il ne manque que le feu vert des autorités. Un protocole a été déposé le 19 mai. Il n'y aura pas de reprise des spectacles d’animaux, les déplacements seront maîtrisés, il ne sera plus possible de coller son nez aux baies vitrées des enclos.

Panthère des neiges au zoo d'Amnéville, septembre 2018
Panthère des neiges au zoo d'Amnéville, septembre 2018 © Radio France - Melvin Turpin

Le plan de réouverture se trouve sur le bureau des autorités préfectorales depuis mardi 19 mai, mais il ne faut pas s'attendre à une prise d'activité avant au moins début juin. Les aménagements sont faits au zoo d’Amnéville en vue d’accueillir à nouveau du public et tourner la page de sa longue fermeture depuis le début du confinement pour cause d’épidémie de coronavirus. 

Pas de reprise des spectacles d’animaux

Les animations autour des otaries, des rapaces, des perroquets, loups, hippopotames ne reprendront pas. Logique, il ne faut pas laisser des gens s’agglutiner, donc comme pour une salle de spectacle, ce type d’activité n’est pas encore autorisée. 

Tiger world connait le même traitement, mais les démonstrations de dressage de tigres ne devraient plus du tout reprendre. La nouvelle présidente du zoo, Anne Yannic, veut ouvrir cette salle à des productions extérieures comme du théâtre, de la musique, de la magie. 

Le vivarium reste fermé 

Les amateurs de serpents et autres reptiles ne retrouveront pas les spécimens du zoo. Le vivarium est un espace fermé, confiné, donc il ne pourra accueillir de public. Tout comme les culs de sac dans le parc ne seront pas accessibles, la circulation des gens doit rester fluide.

Un circuit obligatoire

L’entrée du parc a changé, elle est beaucoup plus aérée, la végétation a été retirée, ce qui permet de garder ses distances en faisant la queue aux caisses. Dans le parc, un cheminement a été dessiné, il sera obligatoire. 

S’éloigner des enclos

Des barrières ont été installées pour ne plus coller ses mains et son nez aux baies vitrées des enclos. Il ne sera plus possible non plus de donner à manger aux animaux. La restauration se limitera à de la vente à emporter. Enfin, la nouvelle direction du zoo se pose la question de rendre le port du masque obligatoire pendant les visites. 

Des tarifs en forte baisse

Dans ces conditions et pour attirer à nouveau le public, la nouvelle présidente Anne Yannic a décidé de casser les prix. L’entrée pour une journée d’un adulte passera de 37 euros à 29,50 euros tant que les spectacles n’auront pas repris, puis 34 euros par la suite. Le tarif enfants connaîtra lui aussi une forte baisse. Le pass annuel ne coûtera plus que l’équivalent de deux entrées journalières, alors qu’il était jusqu’à maintenant à 148 euros. Les personnels soignants bénéficieront de 10.000 entrées gratuites. Enfin, ceux qui avaient des billets valables jusqu’au 31 mars disposeront de deux semaines à partir de la date de réouverture pour les utiliser.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu