Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le plan social chez Neuhauser retoqué par l'Etat

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Pour la Direccte, la direction régional des entreprises et du travail, le groupe Soufflet, propriétaire de Neuhauser, propose des mesures d'accompagnement social "insuffisantes" aux salariés de Folschviller dans le cadre du plan social qui doit supprimer 185 postes en Moselle.

Jour de grève le 7 mars dernier chez Neuhauser à Folschviller
Jour de grève le 7 mars dernier chez Neuhauser à Folschviller © Radio France - Cécile Soulé

Folschviller, France

Chez Neuhauser à Folschviller, les salariés ont gagné une bataille contre leur direction : l'Etat a retoqué le plan social dans la boulangerie industrielle près de St-Avold. La Direccte, la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi n'a pas homologué le PSE (plan de sauvegarde de l'emploi). La CGT de Neuhauser a publié le document su sa page Facebook. 

La CGT de Neuhauser a publié le document de la Direccte sur sa page Facebook - Aucun(e)
La CGT de Neuhauser a publié le document de la Direccte sur sa page Facebook - Capture d'écran Facebook

Des irrégularités dans la procédure d'information des salariés

201 postes doivent être supprimés sur plusieurs sites de Neuhauser en France dont la très grande majorité, 185, à Folschviller, avec fermeture de l'usine Furst 1. La Direccte pointe du doigt le groupe céréalier Soufflet, propriétaire de l'entreprise Neuhauser et leader mondial dans la commercialisation du malte. Elle dénonce des irrégularités dans la procédure d'information des salariés à travers le comité central d'entreprise mais aussi des mesures d'accompagnement social "insuffisantes" par rapport aux autres plans sociaux du groupe ailleurs en France, à la fois concernant les licenciements, les pré-retraites ou encore les départs volontaires. La direction de Neuhauser doit donc reprendre les négociations à zéro.  

La direction nous a méprisé, a tenté de nous intimider, n'en a fait qu'à sa tête

Patrick Hocquel, délégué CFTC chez Neuhauser, se félicite de cette revanche, "la victoire de David contre Goliath" et se rappelle que depuis le début des négociations en novembre, "la direction nous a méprisé, a tenté de nous intimider, n'en a fait qu'à sa tête".  Pour son collègue de la CGT Christian Porta, "on n'a gagné une bataille mais pas la guerre". L'objectif maintenant, dit-il, est de repartir à zéro dans les négociations et de limiter le plus possible les licenciements. 

Patrick Hocquel, délégué CFTC chez Neuhauser : "C'est la victoire de David contre Goliath"

La direction de Neuhauser annonce de nouvelles réunions

La direction de Neuhauser annonce qu'elle va organiser prochainement de nouvelles réunions avec les représentants des salariés. Elle précise qu'elle "s’attachera à démontrer à la DIRECCTE que l’ensemble des éléments n’ont pas été pris en compte" pour établir sa position.