Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le Poinçonnet : le personnel d'Alcura proteste contre un plan de 51 suppressions de postes en France

-
Par , France Bleu Berry

40 à 50 salariés de Châteauroux mais aussi du Périgord du Limousin ou des Hauts de France ont manifesté hier (mercredi 03/07) devant le siège de Alcura (anciennement Locapharm) au Poinçonnet. La direction prépare un plan de 51 suppressions de postes soit 10% de l'effectif.

La direction affirme anticiper des difficultés financières mais les syndicats dénoncent un plan de suppression de postes injustifié
La direction affirme anticiper des difficultés financières mais les syndicats dénoncent un plan de suppression de postes injustifié © Radio France - Carl Dechâtre

Le Poinçonnet, Indre, Centre-Val de Loire, France

Mouvement de grève hier (mercredi 03/7) au siège social de la société Alcura au Poinçonnet; Entre 40 et 50 personnes venues de la France entière (Périgord, Limousin, Hauts de France) à l'appel d'une intersyndicale ont manifesté toute la matinée et en milieu de journée pour protester contre un plan de suppression de 51 postes sur 555 employés au niveau  national

Difficultés financières selon la direction

Anciennement appelée Locapharm, cette société de location de matériel médical, fondée en 1977 par le pharmacien Elie Cazala, est devenue Alcura en 2013 après son rachat par le gigantesque groupe Walgreens Boots Alliance. La direction justifie son plan en expliquant anticiper sur d'importantes difficultés financières à venir, ce que contestent les syndicats.   

Selon les délégués du personnel, Alcura aurait bouclé les 3 années précédentes avec des bénéfices de 3 millions à 4 millions d'euros chaque année.  De son côté le directeur général d'Alcura, Paul Tandonnet assure que le montant de la baisse déjà prévue l'année prochaine au sein de la prochaine LPP, liste des produits et prestations remboursables par la sécurité sociale engloutirait les bénéfice de l'année écoulée. Un raisonnement biaisé estime les syndicats. Pour eux la direction ne tient pas compte d'autres facteurs. Ils dénoncent une augmentation artificielle des dépenses d’exploitation et de l'autre côté l'augmentation du taux de marge. 

Négociations toujours en cours

Dans le détail le plan de suppression de postes viserait 3 pôles téléphoniques sur 6 à Lyon, Marseille et Gennevilliers.  Tous les postes de managers, c'est à dire les responsables de site présents dans chacune des 15 agences d'Alcura, seraient supprimés. En revanche les 86 postes de l'agglomération castelroussine, (16 postes à l'agence Alliance Healthcare de Déols et 70 postes au siège d'Alcura au Poinçonnet appartenant au même groupe) ne seraient pas menacés. La direction parle même de 4 créations de poste (2 suppressions compensées par 6 créations). La direction qui indique ne pas avoir fermé la porte à la négociation et que le chiffre définitif de suppression de postes n'est pas pas encore fixé.