Économie – Social

Le Havre : fin du blocage du port, mais deux dockers poursuivis

Par Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu mercredi 31 août 2016 à 19:06 Mis à jour le jeudi 1 septembre 2016 à 0:18

Le port du Havre
Le port du Havre © Maxppp - OLIVIER BOITET

Les activités du port du Havre reprennent, ce jeudi matin, après une journée de grève en soutien à deux dockers interpellés et placés en garde à vue. Les deux hommes ont été relâchés,; mais sont finalement poursuivis par la justice.

Les activités du Port du Havre ont repris peu à peu, mercredi soir, après une journée de grève. Le mouvement avait démarré le matin même, suite à l'interpellation de deux dockers par les forces de l'ordre, à leur domicile. Les deux hommes avaient été arrêtés à l'aube et placés en garde à vue à Paris dans le cadre des investigations suite aux violences perpétrées dans la capitale lors de la manifestation du 14 juin contre la Loi travail. Les deux hommes comparaîtront le 25 novembre prochain : l'un pour violences contre des policiers, l'autre pour jet de projectiles.

Et il n'en fallait pas moins pour remettre le feu aux poudres. Explications de Bertrand Queneutte :

Explications de Bertrand Queneutte

Coïncidence ou pas ? La double interpellation a eu lieu le jour où Philippe Martinez se trouvait au Havre. Le numéro 1 de la CGT était ce mercredi dans la ville pour assister à l'Assemblée Générale de rentrée du syndicat. De quoi provoquer sa stupeur, son ironie et sa colère, au micro de Bertrand Queneutte :

Philippe Martinez, au micro de Bertrand Queneutte

Philippe Martinez : "L'interpellation de nos camarades est un signe de faiblesse du gouvernement. Plutôt que de répondre aux revendications, on préfère réprimer, essayer de nous faire passer pour des bandits. C'est insupportable (...) mais ce n'est pas un hasard si ces interpellations ont eu lieu aujourd'hui, alors que tout le monde savait que l'AG de la CGT se tenait ici au Havre, en ma présence"

Philippe Martinez, numéro 1 de la CGT - Maxppp
Philippe Martinez, numéro 1 de la CGT © Maxppp - Thomas Padilla

Réagissant aux interpellations et à ce qu'il qualifie de "tentatives d'intimidation", Philippe Martinez n'a pas manqué de rappeler que Pierre Gattaz, le patron du Medef, faisait l'objet d'une plainte après qu'il a qualifié la CGT et ses militants de "terroristes". Il est au micro de Bertrand Queneutte :

Philippe Martinez, au micro de Bertrand Queneutte

Reynald Kubecki, secrétaire générale de la CGT du Havre : "Cela montre qu'on a affaire à un gouvernement qui est à la botte du Medef. On va répondre et recommencer des actions de blocage au Havre."

A 15 jours d'une nouvelle manifestation nationale contre la Loi Travail - la treizième programmée le 15 septembre - ces deux interpellations ont mis le feu aux poudres. Le reportage de Bertrand Queneutte :

Reportage de Bertrand Queneutte

La CGT du port (GPMH) et des dockers devait décider mercredi soir ou jeudi matin des suites à donner à cette action.

Partager sur :