Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le port du masque obligatoire en entreprise plutôt bien accepté à la ZI de Grézan à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Depuis le 1er septembre le port du masque est obligatoire dans les entreprises. Des règles sanitaires renforcées plutôt bien acceptées à la zone industrielle de Grézan à Nîmes.

Des chafs d'entreprise de la ZI de Grèzan qui appliquent les consignes sanitaires.
Des chafs d'entreprise de la ZI de Grèzan qui appliquent les consignes sanitaires. © Radio France - Ludovic Labastrou

Des règles également appliquées sans difficulté majeure à la zone industrielle de Grézan, qui compte 110 entreprises et un millier de salariés. Les nouvelles contraintes passent plutôt bien. Les locaux, souvent assez spacieux, permettent de respecter la distanciation sociale. Pour les salariés en extérieur, le port du masque toute la journée est plus délicat. Pour l'essentiel, ils le portent depuis le confinement et "on a eu le temps de s'habituer". Leurs patrons, même s'ils disent "observer une relative souplesse", disent vouloir appliquer les nouvelles règles le plus strictement possible. "Nous sommes au contact de la clientèle, même si c'est pénible, leur sécurité est une préoccupation principale pour nous".

Jean-Antoine Bunoz, prèsident de la ZI de Grèzan à Nîmes.

Les salariés on eu le temps de s'habituer

Pas de contraintes supplémentaires pour les salariés qui travaillent dans les locaux, même si certains trouvent qu'en matière d'obligation "on a joué un pas de deux, une fois le masque ne sert à rien, puis il devient une urgente nécessité". Du coté de la ZI de Grézan, on ne note pas "d'opposition", c'est en revanche plus compliqué, parfois, de faire observer la règle "pour certains clients qui ne croient pas à la pandémie et qui font quelques difficultés".

"Depuis le déconfinemen, on a eu le temps de s'habituer".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess