Économie – Social

Le préavis de grève est levé à l'Opéra national de Bordeaux

Par Charlotte Jousserand et Pauline Pennanec'h, France Bleu Gironde et France Bleu vendredi 30 décembre 2016 à 15:48 Mis à jour le vendredi 30 décembre 2016 à 18:55

La représentation du 31 décembre aura bien lieu au Grand Théâtre de Bordeaux.
La représentation du 31 décembre aura bien lieu au Grand Théâtre de Bordeaux. © Radio France - Yves Maugue

Le préavis de grève pour la soirée du 31 décembre a été levé ce vendredi après-midi. La dernière représentation de Coppélia aura bien lieu. Un accord a été trouvé entre les danseurs du ballet et la direction de l'Opéra national de Bordeaux. Les 12 postes menacés sont sauvés pour l'année 2017.

Un accord vient d'être signé ce vendredi après-midi entre le ballet de l'Opéra national de Bordeaux et la direction. Le préavis de grève déposé ce mercredi est donc levé et les danseurs du ballet danseront ce samedi soir pour la dernière représentation de Coppélia.

Les 12 postes de danseurs menacés, sur les 33 actuels et non 39 emplois, sont maintenus pour l'année 2017. Les syndicats ne sont pas totalement satisfaits de cet accord. Ils se préparent déjà à devoir renégocier à la fin de l'année 2017 : "On nous dit aujourd'hui "les emplois on ne sait pas, on attend, on verra etc... Et avant de savoir, on dit "on dégresse et après on discute". Si c'est ça le dialogue social, on ne comprend pas" réagit Jean Bataillon, violoncelliste et délégué du personnel. "Un danseur qui postule, qui se saigne les pattes depuis ses 6 ans, on lui dit au bout d'un an 'au revoir', car on ne sait pas comment on va faire pour faire danser 39 danseurs dans un opéra national. Humainement, c'est inacceptable" explique-t-il.

Le préavis du 31, c'était un pis-aller. C'est un sursis d'un an, donc il y aura d'autres bagarres en 2017

— Jean Bataillon, violoncelliste et délégué du personnel

À LIRE AUSSI ►►► Opéra national de Bordeaux : le préavis de grève toujours maintenu par le ballet

Un équilibre économique à trouver en 2017

Des inquiétudes fondées mais prématurées pour Olivier Lombardie, l'administrateur général de l'Opéra de Bordeaux : "Il n'y a pas de menace de 12 postes, il y a un équilibre économique à trouver en 2018". Une baisse d'effectifs "peut-être envisagée" mais "rien n'est décidé" insiste-t-il. Un préavis de grève "légitime mais prématuré" : "Aucune décision n'a été prise à ce jour, on a un an pour les prendre" explique Olivier Lombardie.

Olivier Lombardie, l'administrateur général de l'Opéra de Bordeaux - Radio France
Olivier Lombardie, l'administrateur général de l'Opéra de Bordeaux © Radio France - Pauline Pennanec'h

Les danseurs du ballet prendront leur micro pour expliquer au public la situation ce samedi soir de St-Sylvestre, et espère un soutien des spectateurs.